Etats-Unis: Pour Clinton, Moscou tente d'influencer la présidentielle en faveur de Trump

PRESIDENTIELLE AMERICAINE La Russie utiliserait des piratages informatiques...

20 Minutes avec AFP

— 

Hillary Clinton lors du deuxième débat présidentiel qui l'oppose au républicain Donald Trump
Hillary Clinton lors du deuxième débat présidentiel qui l'oppose au républicain Donald Trump — ROBYN BECK / AFP

La Russie tenterait-elle d’influencer les élections américaines de novembre en faveur de Donald Trump ? C’est ce qu’a avancé dimanche Hillary Clinton lors du deuxième débat présidentiel qui l’a opposé au républicain.

« Jamais dans l’histoire de notre pays nous nous sommes retrouvés dans une situation où un adversaire, un pouvoir étranger, fait tant d’efforts pour influencer le résultat de cette élection », a déclaré Hillary Clinton, affirmant que c’était en faveur de Donald Trump.

>> A lire aussi : Revivez le second débat Trump-Clinton

Ingérance

Washington a ouvertement accusé vendredi Moscou d’essayer d’interférer, grâce à des piratages informatiques, dans le processus électoral américain, nouveau développement spectaculaire dans l’escalade des tensions entre les deux pays sur nombre de dossiers, Syrie en tête.

>> A lire aussi : Le vrai vainqueur du débat Trump-Clinton? Kenneth Bone et son pull rouge

A un mois de l’élection présidentielle, les autorités américaines ont, pour la première fois, désigné nommément la Russie comme responsable d’une série de piratages ayant visé en particulier des serveurs du parti démocrate.

Le Kremlin a immédiatement qualifié ces accusations de « foutaise ».

« Faire rendre des comptes » aux Russes

Hillary Clinton a également dénoncé le rôle de la Russie en Syrie, où Moscou soutient le régime du président Bachar al-Assad.

>> A lire aussi : «Niet»... La Russie met son veto à la résolution de la France à l'ONU

« La Russie n’a montré aucun intérêt pour l’organisation de l’Etat islamique. La seule chose qui les (les Russes) intéresse, c’est de garder Assad au pouvoir », a-t-elle accusé.

Elle a affirmé qu’elle « soutient les efforts » pour mener l’enquête pour crimes de guerre commis par les Syriens et les Russes et « leur faire rendre des comptes ».