Yémen: Une manifestation anti-saoudienne a eu lieu après le carnage de Sanaa

MONDE Baptisé « Volcan de la colère », le rassemblement a été organisé à l’initiative des rebelles chiites Houthis qui contrôlent la capitale yéménite, au lendemain de raids aériens de la coalition contre une cérémonie funéraire…

20 Minutes avec AFP

— 

Plus de 140 personnes ont été tuées et des centaines blessées samedi, selon l’ONU, dans la capitale du Yémen, Sanaa
Plus de 140 personnes ont été tuées et des centaines blessées samedi, selon l’ONU, dans la capitale du Yémen, Sanaa — MOHAMMED HUWAIS / AFP

Des milliers de Yéménites ont manifesté ce dimanche à Sanaa pour dénoncer l’Arabie saoudite à la suite du « massacre » perpétré la veille dans la capitale qui a été la cible de l’aviation de la coalition arabe menée par Ryad.

« Mort aux Al-Saoud », la famille régnante en Arabie, « Par notre âme, par notre sang, nous nous sacrifions pour le Yémen », a répété la foule rassemblée sur une place publique jouxtant les bureaux de l’ONU à Sanaa.

>> A lire aussi: Des raids aériens lors d'une veillée funèbre font plus de 140 morts

« Déterminés à affronter les agresseurs »

Baptisé « Volcan de la colère », le rassemblement a été organisé à l’initiative des rebelles chiites Houthis qui contrôlent la capitale yéménite, au lendemain de raids aériens de la coalition contre une cérémonie funéraire ayant fait, selon l’ONU, plus de 140 morts et 525 blessés.

« Après ce massacre, nous sommes plus déterminés à affronter les agresseurs », a martelé un haut responsable des rebelles, Mohamed Ali al-Houthi, en haranguant la foule. « Ouvrez les fronts (de guerre) avec l’ennemi saoudien ! », « Ouvrez les centres de formation (militaire) ! », a-t-il lancé.

Les Etats-Unis mis en cause

D’autres orateurs se sont relayés pour dénoncer non seulement l’Arabie saoudite, mais aussi les Etats-Unis, alliés de Ryad, alors que la foule scandait : « Allahou Akbar (Dieu est le plus Grand). L’Amérique est le grand satan ».

Ils reprenaient un slogan souvent répété dans les manifestations antiaméricaines en Iran, un pays chiite accusé de soutenir les rebelles Houthis depuis le début, en 2014, de leur coup de force contre le pouvoir yéménite du président Abd Rabbo Mansour Hadi, soutenu par la coalition arabo-sunnite emmenée par Ryad.

« Dieu est grand ! Mort à l’Amérique ! Mort à Israël ! Que la malédiction s’abatte sur les juifs ! L’islam vaincra ! », scandaient aussi des protestataires, dont certains arboraient des armes.

La coalition arabe, qui est intervenue au Yémen en mars 2015, a été accusée par des organisations de défense des droits de l’Homme de commettre régulièrement des « bavures » en touchant des secteurs civils dans ses raids.