Syrie: Poutine en France le 19 octobre pour rencontrer Hollande

DIPLOMATIE Les deux chefs d'Etat doivent aborder la crise syrienne, mais aussi la situation en Ukraine...

20 Minutes avec AFP

— 

Les présidents français François Hollande et russe Vladimir Poutine, le 26 novembre 2015 à Moscou.
Les présidents français François Hollande et russe Vladimir Poutine, le 26 novembre 2015 à Moscou. — Alexander Zemlianichenko/AP/SIPA

Sa dernière visite en France remonte à près d’un an. Le président russe, Vladimir Poutine, se rendra en France le 19 octobre pour s’entretenir avec son homologue français, François Hollande, du conflit en Syrie et de la crise ukrainienne, a annoncé jeudi le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov.

>> A lire aussi : Alep pourrait être totalement détruite à la fin de l’année, estime l’ONU

Cette visite était prévue de longue date puisque le chef de l’Etat russe doit participer à l’inauguration à Paris du « Centre spirituel et culturel orthodoxe russe », qui a vocation à abriter, en plus d’une cathédrale orthodoxe, une école bilingue, une maison paroissiale et les services culturels de l’ambassade.

« Cette visite aura une grande importance »

« Nous préparons une visite du président Poutine en France le 19 octobre », a déclaré Sergueï Lavrov au début de sa rencontre jeudi avec le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault. Cette visite de Jean-Marc Ayrault intervient au moment où la France doit déposer une résolution sur la Syrie à l’ONU.

« Nos présidents auront une possibilité de s’entretenir sur la situation actuelle dans les relations bilatérales, ainsi que sur des questions internationales, y compris la Syrie et l’Ukraine », a-t-il indiqué. « Cette visite aura une grande importance », a estimé Sergueï Lavrov. La dernière visite de Vladimir Poutine en France remonte à novembre 2015. Il s’y était alors rendu pour participer à l’ouverture de la Conférence mondiale sur le climat, la COP21.

La pire crise depuis la fin de la Guerre froide

Les relations entre la Russie et les Occidentaux traversent actuellement la pire crise depuis la fin de la Guerre froide, en raison du conflit ukrainien. Indéfectible alliée du régime de Damas, la Russie est également de plus en plus critiquée par les Occidentaux pour ses bombardements en soutien au régime du président syrien, Bachar al-Assad, dans les quartiers rebelles d’Alep, deuxième ville syrienne, décrite par l’ONU comme « l’enfer sur Terre ». Moscou affirme ne viser que les groupes djihadistes.