Prix Nobel de la paix: Mais, au fait, comment sont sélectionnés les candidats?

DISTINCTION Cette année, 376 individus et organisations prétendent au célèbre prix qui sera remis, ce vendredi à 11h à Oslo (Norvège)…

Vincent Vantighem

— 

Le prix Nobel de la paix sera décerné, ce vendredi à 11h, à Oslo (Norvège).
Le prix Nobel de la paix sera décerné, ce vendredi à 11h, à Oslo (Norvège). — JONATHAN NACKSTRAND / AFP

De notre envoyé spécial au Liban

Kamel Mohanna se lève de table sans un regard pour les mezze qui la recouvrent. Il s’éclaircit la gorge et résume sa pensée. « Si nous sommes désignés, alors, nous aurons l’argent pour scolariser les 400.000 enfants réfugiés syriens qui se trouvent au Liban. » Le ton est très assuré. L’assemblée, attentive. La scène se déroule, il y a une dizaine de jours, dans un restaurant le long de la corniche de Beyrouth (Liban).

>> En images : Découvrez les plus célèbres prix Nobel de la paix

Face à quelques journalistes et autant de responsables associatifs, ce célèbre médecin, responsable de l’ONG Amel, n’est pas en train de faire campagne pour une élection municipale ou législative dans son pays. Ni même présidentielle. Mais bien pour obtenir le prix Nobel de la Paix qui sera décerné, ce vendredi à Oslo (Norvège). « A priori, on est plutôt bien placés, lâche une de ses conseillères. Même si tout cela est très opaque… »

Fabius, Gannushkina ou les Casques blancs syriens…

Obscur, même. Inconnus du grand public, les cinq jurés norvégiens qui composent le comité Nobel doivent, cette année, choisir parmi 376 prétendants (228 individus et 148 organisations). Un record. Rien n’a filtré sur leur réflexion. Mais cela n’a pas empêché les médias du monde entier de se perdre en conjectures. Pour Paris-Match, cela pourrait être Laurent Fabius pour avoir conclu l’accord lors de la COP 21. USA Today voit plutôt la Russe Svetlana Gannushkina, qui œuvre en faveur des réfugiés, emporter le morceau. A moins que ce ne soient les Casques blancs qui aident les civils bombardés en Syrie

Aucun de ces prétendants n’a candidaté lui-même. Seuls les ministres, parlementaires, professeurs d’histoire, de sciences politiques ou d’anciens lauréats peuvent proposer un nom. « C’est Georges Corm [ancien ministre des Finances du Liban] qui l’a fait pour nous après avoir visité l’un de nos centres de soins, explique Virginie Lefèvre, coordinatrice de l’ONG Amel. Il a envoyé une simple lettre de deux pages. » Un poème, un dessin, une thèse ? Tout est possible. Ou plutôt, rien n’est indiqué sur le site du fameux prix si ce n’est l’adresse où envoyer la fameuse missive.

Un enfant et son grand-père dans le centre de soins de l'association Amel de Tyr (Liban).
Un enfant et son grand-père dans le centre de soins de l'association Amel de Tyr (Liban). - V. VANTIGHEM

Le lauréat devrait être prévenu une demi-heure avant

Ensuite, il ne reste plus qu’à attendre. Enfin presque… « Nous avons pris contact avec l’une des lauréates 2015 du quartet tunisien, avoue Kamel Mohanna. Elle nous conseille pour effectuer un peu de lobbying auprès des bonnes personnes. » A cette évocation, Antoine Jacob se montre sceptique. « Cela me paraît étrange. Officiellement, il n’y a pas de lobbying, indique l’auteur de Histoire du prix Nobel (Ed. François Bourin, 2012). Mais c’est vrai que, dans son journal, un ancien président du comité a raconté comment il avait été approché diplomatiquement… »

>> Analyse: Barack Obama méritait-il vraiment le prix Nobel?

Impossible de savoir exactement tant les jurés norvégiens ont pris l’habitude de brouiller les cartes. En 2009, ils ont été publiquement critiqués pour avoir récompensé Barack Obama qui était encore engagé dans deux guerres en Afghanistan et en Irak. Et l’an dernier, leur choix s’est porté sur un quartet d’institutions civiles tunisiennes alors que la crise des réfugiés secouait déjà la planète et que les personnes leur venant en aide faisaient figure de favoris.

Une maladresse corrigée cette année ? L’une des rumeurs annonce comme lauréats possibles les îles de Lesbos (Grèce) de Lampedusa (Italie) et la société civile libanaise pour leur rôle dans l’accueil des Syriens. Réponse ce vendredi vers 11h. Le lauréat devrait, lui, être prévenu une petite demi-heure auparavant.

Photo montrant l'immense signe de la paix formé avec les gilets de sauvetage de milliers de migrants, sur une colline de Lesbos, le 1er janvier 2016
Photo montrant l'immense signe de la paix formé avec les gilets de sauvetage de milliers de migrants, sur une colline de Lesbos, le 1er janvier 2016 - FLORIAN SCHULZ Greenpeace