Colombie: La guerre avec les Farc résumée en huit chiffres

REFERENDUM Les Colombiens se prononcent ce dimanche sur l’accord de paix signé avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc)…

Céline Boff

— 

5 765 femmes et hommes combattent actuellement pour les Farc.
5 765 femmes et hommes combattent actuellement pour les Farc. — Ricardo Mazalan/AP/SIPA

Les Colombiens sont-ils prêts à pardonner ? Ils doivent se prononcer ce dimanche sur l’accord de paix négocié entre le gouvernement et les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc). D’après les sondages, le camp de la paix devrait l’emporter, mettant ainsi un terme à 52 années de conflit. Voici cette guerre civile résumée en huit chiffres clés.

34,9 

Millions de Colombiens sont appelés aux urnes ce dimanche. Ils doivent répondre par « Oui » ou par « Non » à la question : « Soutenez-vous l’accord final d’achèvement du conflit et de construction d’une paix stable et durable ? » Pour l’emporter, le « Oui » doit recueillir au moins 4,4 millions de voix (13 % de l’électorat) et le « Non », un score plus faible. Si le « Non » l’emporte, il n’y aura pas de nouvelles négociations a assuré le président, Juan Manuel Santos, qui vient de voter comme en témoigne ce tweet :

4

Années de discussions ont été nécessaires pour que les Farc et le gouvernement colombien parviennent à un accord de paix. Les pourparlers se sont tenus en Norvège et à Cuba. Outre ces deux pays, le Venezuela et le Chili se sont également impliqués dans les négociations. Conclu le 24 août, l’accord de paix a été signé le 26 septembre, près d’un mois après l’entrée en vigueur du cessez-le-feu.

>> A lire aussi : Le cessez-le-feu définitif avec les Farc débutera le 29 août

297

C’est le nombre de pages que contient l’accord de paix. Il fixe les modalités dans plusieurs domaines, depuis l’indemnisation des victimes jusqu’au désarmement des Farc, en passant par leurs condamnations possibles. Certains experts estiment que cet accord pourrait permettre au président colombien et aux Farc de recevoir le prix Nobel de la paix, décerné le 7 octobre prochain à Stockholm.

1964

C’est l’année de naissance des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), à l’origine créées pour défendre les paysans pauvres. A partir des années 1980, ce mouvement marxiste se lance dans le trafic de drogue pour financer son développement et les agriculteurs se tournent de plus en plus vers la culture de la coca, composant de base de la cocaïne. Pour que la paix soit durable, les autorités doivent désormais proposer des sources alternatives de revenus à ces paysans.

260.000

C’est le nombre de personnes tuées dans les affrontements entre les Farc et leurs opposants – force de l’ordre et milices paramilitaires d’extrême droite. 45.000 personnes ont également « disparu » pendant les 52 années de conflit, et 6,9 millions de personnes ont dû fuir leurs terres. L’accord de paix prévoit que la guérilla des Farc dédommage matériellement toutes ces victimes grâce à ses « ressources monétaires et non monétaires ».

5.765

Femmes et hommes combattent actuellement pour les Farc. La fin des affrontements comprend leur désarmement – ils détiendraient 14.000 fusils et pistolets et 6.000 autres armes – et une préparation à leur retour à la vie civile, car la plupart de ces guérilleros devraient être amnistiés.

>> A lire aussi : Une Montpelliéraine combat au sein des Farc depuis quatorze ans

180

Jours, soit environ six mois, seront nécessaires pour que la paix soit effective. Des tribunaux spéciaux, composés de 48 magistrats, vont être créés pour juger les guérilleros, les agents de l’Etat et les particuliers impliqués dans des exactions telles qu’enlèvements, viols, déplacements forcés ou recrutement de mineurs. Ceux qui avoueront pourront bénéficier de peines alternatives. Sinon, ils s’exposeront à des condamnations allant de huit à 20 ans de prison.

Des combattants des Farc.
Des combattants des Farc. - Ricardo Mazalan/AP/SIPA

10

Sièges. L’accord de paix prévoit que le mouvement de rébellion des Farc se transforme en un parti politique, qui disposera d’au moins cinq sièges à la Chambre des députés et au moins cinq sièges au Sénat, pour deux mandats de quatre ans. Les ex-guérilleros pourront en emporter davantage, dès les prochaines élections de 2018.