Obama envoie 600 soldats supplémentaires pour reprendre Mossoul

IRAK Les forces irakiennes se préparent à lancer l’assaut sur la ville...

20 Minutes avec AFP

— 

Des soldats américains déployés en Irak le 26 janvier 2016
Des soldats américains déployés en Irak le 26 janvier 2016 — AHMAD AL-RUBAYE / AFP

Barack Obama a donné son feu vert. Ils seront quelque 600 soldats supplémentaires a s’envoler vers l’Irak à l’approche de la bataille de Mossoul, dernier grand bastion de l’organisation de l’Etat islamique, qui a perdu beaucoup de terrain dans ce pays.

>> A lire aussi : La bataille de Mossoul est imminente et elle s'annonce compliquée

A la faveur d’une offensive fulgurante en 2014, les djihadistes de l’EI se sont emparés de plusieurs pans du territoire irakien au nord et à l’ouest de Bagdad et ont fait de Mossoul leur place forte. Les forces irakiennes, qui ont depuis deux ans reconquis de vastes espaces, surtout dans la grande province occidentale d’Al-Anbar, se préparent dorénavant à lancer l’assaut sur la ville.

Près de 4.600 soldats américains sur place

« Les Etats-Unis sont prêts à envoyer des forces militaires supplémentaires pour entraîner et conseiller les Irakiens au moment où la préparation pour la campagne de Mossoul s’intensifie », ont indiqué des responsables américains sous couvert d’anonymat, évoquant un nombre qui se situera « autour de 600 ».

Le nombre total de soldats américains en Irak, d’où les Etats-Unis s’étaient retirés militairement fin 2011, s’élève aujourd’hui à environ 4.600.

Peu avant, les services du Premier ministre irakien Haider al-Abadi avaient indiqué avoir demandé une « dernière augmentation » du nombre de conseillers militaires américains pour soutenir les forces irakiennes dans leur bataille imminente pour libérer Mossoul.

Un calendrier toujorus flou

Le communiqué assurait que le nombre de conseillers militaires américains repartirait à la baisse une fois la bataille de Mossoul achevée. Plusieurs responsables occidentaux ont laissé entendre que la bataille de Mossoul pourrait débuter en octobre mais Abadi est resté évasif sur le calendrier militaire.

Lors d’une rencontre la semaine dernière à New York avec le Premier ministre irakien, Obama avait estimé que cette offensive pourrait être lancée « assez rapidement ».