Un jeune Pakistanais victime d'un viol collectif dans le camp de Lesbos

FAITS DIVERS Les auteurs présumés ont le même âge que leur victime...

20 Minutes avec AFP

— 

Des réfugiés sur l'île grecque de Lesbos
Des réfugiés sur l'île grecque de Lesbos — ANGELOS TZORTZINIS / AFP

Ils sont quatre mineurs pakistanais, âgés de 16 et 17 ans, à avoir été arrêtés dimanche, suspectés d’avoir violé un jeune compatriote du même âge dans le camp de rétention de l’île de Lesbos, a indiqué mercredi la police. « Les quatre mineurs doivent être transférés mercredi devant le procureur », a indiqué à l’AFP une source policière.

Bruxelles exige des places supplémentaires

L’incident a eu lieu samedi et les auteurs présumés ont été arrêtés dimanche, selon la police. La commissaire européenne à la Justice, Vera Jourova, qualifiant cette question de « sujet urgent », a demandé ce mois-ci à Athènes de créer 1.500 places supplémentaires pour les enfants migrants et réfugiés non accompagnés dont des centaines sont placés en rétention faute d’infrastructure adéquate.

>> A lire aussi : Un camp de migrants ravagé par un gigantesque incendie

Mais les installations pour migrants de l’île de Lesbos sont débordées, comme celles de la plupart des quatre autres îles d’arrivée des petites embarcations venues de Turquie.

L'île surpeuplée

Il y avait sur l’île mercredi 5.858 migrants et réfugiés, alors que sa capacité n’est que de 3.500 personnes. De nombreuses ONG ont dénoncé les conditions misérables dans ces camps ainsi que les rixes fréquentes entre migrants qui s’y déroulent.

>> A lire aussi : Une cinquantaine de migrants en provenance de Grèce accueillis en Gironde

Il y a dix jours, un incendie avait éclaté dans le camp de Lesbos, visiblement allumé de manière volontaire par des personnes y séjournant, et provoqué d’importants dégâts, sans toutefois faire de victimes.

« Les incendies et les incidents dans certains camps sur les îles est le résultat de l’échec de la répartition des migrants dans les pays membres de l’UE », a accusé mercredi le ministre grec des affaires européennes Nikos Xydakis aux médias allemands.