Crash du MH17: Une centaine de personnes identifiées comme potentiellement impliquées

JUSTICE Le parquet néerlandais a présenté ses premières conclusions...

afp avec AFP

— 

Un séparatiste prorusse sur le site du crash du vol MH17, en Ukraine, le 22 juillet 2015.
Un séparatiste prorusse sur le site du crash du vol MH17, en Ukraine, le 22 juillet 2015. — Vadim Ghirda/AP/SIPA

L’enquête sur le crash du MH17 en Ukraine progresse, même s’il reste des zones d’ombre. Ce mercredi, le parquet néerlandais, qui présentait ses premières conclusions, a d’abord confirmé ce que tout le monde savait déjà : le missile qui a abattu le vol MH17 de la Malaysia Airlines le 17 juillet 2014 dans l’est de l’Ukraine a bien été transporté depuis la Russie et tiré depuis un territoire tenu par les séparatistes ukrainiens.

Une centaine de personnes potentiellement impliquées

Mais il en a dit un peu plus en précisant qu’une centaine de personnes avaient été identifiées comme potentiellement impliquées.

« Notre enquête a montré que l’endroit depuis lequel le missile a été tiré était aux mains des rebelles », a affirmé mercredi Wilbert Paulissen, l’un des responsables de l’enquête, lors d’une conférence de presse sur l’affaire du vol de la Malaysia Airlines, le 17 juillet 2014.

Moscou dénonce des « résultats biaisés »

Les rebelles prorusses de l’est de l’Ukraine ont assuré mercredi ne pas avoir tiré de missile BUK en juillet 2014 contre le vol MH17, expliquant ne pas avoir de telles armes en leur possession.

« Nos forces n’ont pas pu tirer contre l’avion avec un système BUK car nous n’avons pas de telles armes », a déclaré à l’AFP Edouard Bassourine, un responsable militaire de la « République populaire » autoproclamée de Donetsk.

La Russie s’est dite « déçue » par les premiers résultats « biaisés » de l’enquête pénale internationale menée par les Pays-Bas sur les causes du crash du vol MH17, qui affirment que l’avion a été abattu par un missile acheminé depuis la Russie.

« La Russie est déçue par le fait que la situation autour de l’enquête sur la catastrophe ne change pas. Les conclusions du Parquet néerlandais confirment que l’enquête est biaisée et politiquement motivée », a déclaré, dans un communiqué, le ministère russe des Affaires étrangères.