Présidentielle américaine: Le grand bingo du débat Trump-Clinton

ETATS-UNIS Le duel, c'est à 3 h dans la nuit de lundi à mardi, en direct sur «20 Minutes»...

Philippe Berry

— 

Les préparatifs du débat entre Donald Trump et Hillary Clinton à l'université Hofstra.
Les préparatifs du débat entre Donald Trump et Hillary Clinton à l'université Hofstra. — J. David Ake/AP/SIPA

Alors que la campagne présidentielle américaine dure depuis plus d’un an, les candidats commencent à ressembler à des disques rayés. Du coup, on sait déjà à peu près ce qu’ils vont dire lors du grand débat télévisé, lundi soir (à 3 h dans la nuit de lundi à mardi, heure de Paris) à l'université Hofstra.

Pour s’amuser avec ce bingo, deux solutions : imprimez des cartes en cliquant ici (en pdf) ou bien jouer directement en ligne ici. Pour ceux qui ne sont jamais allés dans une maison de retraite, on rappelle le principe : on met une croix à chaque fois qu’un candidat dit une phrase de la grille, et il faut obtenir les cinq lettres BINGO (une bonne réponse par colonne) pour gagner. Explications.

Bingo du débat Clinton - Trump (1/3).
Bingo du débat Clinton - Trump (1/3). - P. Berry / 20 Minutes

 

Les phrases de Donald Trump

Build a wall. Si on avait un dollar à chaque fois que Trump a promis de construire son mur à la frontière mexicaine, on serait millionnaire.

Mexico will pay for it. C’est la 2e partie de sa phrase fétiche. On ne sait toujours pas comment il compte s’y prendre pour faire régler la facture au Mexique.

Law and order. La loi, c’est moi. Face aux émeutes à Charlotte, il devrait se poser en shérif.

Politically correct. C’est l’obsession de la droite américaine et de Trump, selon qui le politiquement correct est le grand mal de Washington.

She lied : Il devrait attaquer Clinton sur le dossier de ses emails et affirmer qu’elle a menti quand elle a dit qu’elle n’avait pas envoyé de documents classés secret-défense alors que le FBI en a trouvé plusieurs dizaines.

Benghazi : Même si l’attaque contre le consulat américain remonte à 2012 et que l’enquête n’a pas épinglé Clinton, le républicain devrait en remettre une couche.

Coal miners : Parlant d’énergie propre, Clinton a dit qu’elle allait « mettre les mineurs au chômage ». Du pain béni pour Trump, surtout dans des Etats industriels comme l’Ohio ou la Virginie.

19 trillions : 19.000 milliards de dollars. C’est le montant de la dette américaine. Qui s’est creusée de 9.000 milliards sous Obama, même si, selon un calcul plus représentatif, il n’a directement ajouté 1.000 milliards en 8 ans.

Syrian refugees : Le fils aîné de Trump ils a comparé les réfugiés à des « Skittles empoisonnés ». Trump, lui, devrait répéter que le risque qu’un terroriste se cache parmi les migrants est trop grand pour les accueillir.

TPP : Le Trans-Pacific Partnership, un accord commercial critiqué par Trump et Bernie Sanders, qui l’accusent de favoriser les délocalisations. Pourtant, la plupart des économistes estiment que l’accord est à l’avantage des Etats-Unis.

Repeal Obamacare : La promesse de Trump de faire annuler la réforme de la santé d’Obama. Dans la pratique, ça sera compliqué.

Radical islam terrorism : Avec les attentats de New York, c’est la menace n°1 pour la sécurité des Etats-Unis, selon Trump. Qui attaque souvent Clinton et Obama pour leur refus d’employer la formule. Ces derniers estiment qu’elle stigmatise les musulmans, qui sont souvent les premières victimes du terrorisme au Proche-Orient.

 

Les phrases de Clinton

I have the judgement and experience. L'expérience, c'est sa force n°1 face à Trump, qui, selon deux Américains sur trois, n’est « pas qualifié » pour devenir président.

Young people. Si Clinton veut gagner, elle aura notamment besoin que les jeunes se mobilisent comme pour Obama ou Sanders.

Ben Laden. Elle aime répéter qu’elle a conseillé Obama et qu’elle était présente dans la Situation Room quand le raid contre le chef d’Al-Qaïda se déroulait.

I take responsability : C’est sa défense sur le dossier de ses emails : j’ai fait une erreur, j’assume. Et elle continue souvent en disant qu’elle n’a rien fait d’illégal.

Trump University. Une des casseroles de Donald Trump. Une action judiciaire est en cours contre son l’établissement universitaire privé, pour des fausses promesses faites aux étudiants et des irrégularités.

Build bridges. Sa réponse au mur de Trump. Clinton, elle, veut « construire des ponts entre les communautés ».

I know how. L’une de ses tournures favorites pour mettre en avant son expérience.

Alienate women and minorities. Elle devrait rappeler au public les attaques de Trump contre les Mexicains, les musulmans et les femmes.

Tax return. Donald Trump refuse toujours de publier sa déclaration d’impôts. Clinton devrait lui demander ce qu’il a à cacher : qu’il ne paie presque pas d’impôts, qu’il a des investissements discutables en Russie ou qu’il n’est pas aussi riche qu’il ne l’affirme.

Middle class. Elle devrait se poser en championne de la classe moyenne et affirme que Trump et les républicains ne veulent qu’avantager les millionnaires.

Clean energy. Clinton et les démocrates ont fait du changement climatique et des énergies propres un point central de leur programme.

Criminal justice system. La réforme du système pénal et carcéral sera au cœur des débats, surtout après les nouvelles bavures policières contre deux personnes noires à Tulsa et Charlotte.