VIDEO. Amal Clooney attaque Daesh en justice

SOCIETE L'avocate va défendre le cas de Nadia Murad, une jeune Irakienne de 23 ans qui a été esclave sexuelle du groupe djihadiste...

20 Minutes avec agence

— 

L'avocate Amal Clooney en octobre 2015 à Londres.
L'avocate Amal Clooney en octobre 2015 à Londres. — Kirsty Wigglesworth/AP/SIPA

Amal Clooney va défendre l'Irakienne Nadia Murad, une ancienne prisonnière de l’organisation de l’État islamique. Durant sa détention, la jeune femme de 23 ans a été une  esclave sexuelle de Daesh.

Faire connaître le sort des victimes du trafic d’êtres humains

La jeune femme, dont le nom a été cité pour l’obtention du prix Nobel de la Paix, a été nommée ambassadrice de l’ONU pour la dignité des victimes du trafic d’êtres humains. Elle veut aujourd’hui témoigner de l’horreur qu’elle a vécue.

>> A lire aussi : Nobel de la paix: le nombre de candidats explose pour 2016

Son rôle sera de faire connaître le sort des victimes du trafic d’êtres humains, en particulier les réfugiés, les femmes et les filles. Et Amal Clonney, qui portera le dossier devant la justice, a décidé de poursuivre Daesh.

George Clooney craint des représailles

Son époux George Clooney ne serait pas franchement rassuré par l’engagement de son épouse, craignant des représailles. « Avec George, nous en avons discuté et nous sommes conscients du risque, bien sûr. George a rencontré Nadia et je pense qu’il a changé d’avis et qu’il a compris. C’est mon travail. Ce n’est pas une blague, c’est Daesh. Mais je ne pense pas que quiconque puisse se sentir courageux en comparaison avec ce que Nadia a fait », a confié Amal Clooney à la chaîne américaine NBC.

Pour rappel, ce n’est pas la première fois qu’Amal Clooney se confronte à un dossier sensible ou médiatique. Elle fut également l’avocate de Julian Assange et d’un journaliste de la chaîne Al Jazeera retenu en Égypte. En travaillant en mars dernier à la défense de l’ancien Président des Maldives, Mohamed Nasheed, elle avait notamment reçu des menaces de mort.

>> A lire aussi : «Ne nous oubliez pas», lance Nihad, Yazidi de 16 ans survivante de l'EI