Cancer: A 8 ans, il laisse pousser ses cheveux pour les enfants malades

SOUTIEN Après avoir vu une petite fille ayant subi une chimiothérapie, Thomas a décidé de se laisser pousser les cheveux pendant deux ans...

20 Minutes avec agence

— 

Thomas Moore, jeune américain de 8 ans originaire du Maryland, a décidé de se laisser pousser les cheveux pour venir en aide aux enfants malades du cancer suivant des chimiothérapies.
Thomas Moore, jeune américain de 8 ans originaire du Maryland, a décidé de se laisser pousser les cheveux pour venir en aide aux enfants malades du cancer suivant des chimiothérapies. — Youtube

Thomas Moore, jeune américain de huit ans originaire du Maryland (Etats-Unis), a décidé de se laisser pousser les cheveux pour venir en aide aux enfants malades du cancer suivant des chimiothérapies.

L’idée lui est venue alors qu’il regardait avec sa maman une vidéo sur Facebook racontant l’histoire de Kyssi Andrews, une petite fille malade du cancer.

Thomas se laisse pousser les cheveux pendant deux ans

Thomas se serait alors posé des questions sur cette fillette au crâne sans cheveux. Et sa mère de lui expliquer le triste combat des personnes suivant un traitement contre le cancer à base de chimiothérapie.

Thomas n’en démordra pas. Pendant deux ans, il laissera pousser son épaisse chevelure afin de venir en aide à toutes les Kyssi. Au terme de deux années sans coiffeur, le jeune garçon a ainsi pu récolter de quoi faire trois perruques, précise sa tante sur Twitter.

Un « héritage qui subsiste »

C’est en partageant l’évolution de la tignasse du jeune garçon que la tante a d’ailleurs fait de Thomas une star du Web. Chacune des photos a, en effet, récolté jusqu’à plus de 120.000 likes et 60.000 retweets.

Sur Facebook, la maman du jeune généreux s’est dite, elle, « fière de son bébé » qui « a un si grand sourire en ce moment ».

>> A lire aussi : A 6 ans, il se laisse pousser les cheveux pour aider les enfants atteints d’un cancer

La petite Kyssi est décédée depuis mais sa mère n’a pas hésité à indiquer sur la page Facebook de la Fondation pour le cancer pédiatrique : « Savoir que mon ange Kyssi est toujours une inspiration, même si elle n’est plus sur cette Terre, fait de moi une mère fière. C’est son héritage qui subsiste ».