Présidentielle américaine: Vladimir Poutine apporte son soutien à Donald Trump (sans le nommer)

MONDE Le président russe a dit ce samedi soutenir un candidat qui veut de bonnes relations avec Moscou…

20 Minutes avec AFP

— 

Donald Trump en Flortide, le 11 août 2016.
Donald Trump en Flortide, le 11 août 2016. — Evan Vucci/AP/SIPA

C’est un secret de polichinelle. Vladimir Poutine a apporté ce samedi son soutien au candidat pro-russe à la Maison Blanche, Donald Trump, sans toutefois le nommer.

« Nous suivons attentivement, bien sûr, ce qui se passe aux Etats-Unis, et nous regardons évidemment avec sympathie ceux qui disent publiquement qu’il est nécessaire de construire des relations avec la Russie sur la base d’égalité », a déclaré Vladimir Poutine à la presse, lors d’un briefing diffusé à la télévision russe. « Nous soutenons toute personne dans tout pays qui veut avoir des relations de bon voisinage et de partenariat avec nous », a-t-il ajouté.

>> A lire aussi : Présidentielle américaine: Les Russes peuvent-ils pirater l'élection?

Sympathie affichée

Ces déclarations semblent être une allusion claire à Donald Trump, candidat républicain à la présidentielle américaine de novembre, qui a affiché à plusieurs reprises sa sympathie envers la Russie et récemment loué avec force et insistance les qualités de dirigeant du président russe, supérieures selon lui à celle de Barack Obama.

Vladimir Poutine, qui n’a jamais dit soutenir Donald Trump, s’est exprimé à deux reprises sur sa candidature.

Alors que les relations entre Washington et Moscou sont au plus bas depuis la fin de la Guerre froide en 1991, Vladimir Poutine a en juin salué la volonté de Donald Trump de rétablir entièrement les relations entre les deux pays.

>> A lire aussi : Donald Trump vante encore les qualités de « leader » de Vladimir Poutine

En décembre, il l’avait qualifié d'« homme brillant et plein de talent ».

La rivale de Donald Trump, la candidate démocrate Hillary Clinton est connue comme partisane d’une ligne dure envers la Russie. Fin juillet, après une vaste fuite d’emails du Parti démocrate, des responsables du parti et des experts en piratage ont montré du doigt la Russie. Le Kremlin a alors démenti toute ingérence dans la campagne présidentielle américaine.

>> A lire aussi : Donald Trump est un agent russe qui s'ignore, selon un ancien patron de la CIA