Un policier américain sur une scène de crime à Chicago le 4 février 2016.
Un policier américain sur une scène de crime à Chicago le 4 février 2016. — SCOTT OLSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

ETATS-UNIS

Etats-Unis: Un adolescent noir de 13 ans abattu par la police dans l’Ohio

La police de Columbus explique qu’il a sorti un pistolet à air comprimé après avoir refusé de se soumettre à un contrôle…

Un adolescent noir de 13 ans en possession d’un pistolet à air comprimé a été abattu mercredi soir à Columbus, Ohio, dans le nord des Etats-Unis, par la police qui le soupçonnait d’avoir participé à une agression à main armée, selon les autorités.

>> A lire aussi : Un policier licencié pour avoir refusé de tirer sur un Noir américain armé

Une enquête a été ouverte par les autorités au sujet de la mort de Tyree King, dont le décès a été prononcé vers 20h22 (00h22 GMT) mercredi soir à l’hôpital pour enfants Nationwide, a précisé le communiqué posté sur la page Facebook de la police de Columbus.

Selon elle, des policiers ont été envoyés vers 19h42 sur les lieux où a été signalé un vol à main armée impliquant plusieurs suspects, puis ont repéré trois hommes correspondant à la description de la victime présumée. Lorsqu’ils ont voulu leur parler, deux d’entre eux se sont enfuis à pied et ont été pris en chasse par les policiers.

Personne d’autre n’a été blessé

Dans une allée toute proche, tandis que les agents « tentaient de les arrêter l’un des suspects a sorti un pistolet de sa ceinture », a poursuivi le texte. « L’un des policiers a tiré et touché le suspect à plusieurs reprises ». Aucun des policiers impliqués ni l’autre suspect n’ont été blessés, a précisé le communiqué, soulignant que d’autres suspects sont toujours recherchés.

Les enquêteurs ont retrouvé sur la scène du drame « ce qui semblait être une arme de poing » et qui s’est révélé plus tard être un pistolet à air comprimé équipé d’un pointeur laser. Les témoins des coups de feu - y compris le suspect qui a pris la fuite avec Tyree King et qui a été remis en liberté dans l’attente d’un complément d’enquête - et de l’agression à main armée signalée ont été interrogés par les forces de l’ordre.