VIDEO. Le pape François qualifie le meurtre du père Jacques Hamel de «satanique»

HOMMAGE Le prêtre français était « un homme bon, doux, de fraternité », assassiné « comme un criminel », a dit le souverain pontife...

C. A. avec AFP

— 

Une photo du père Jacques Hamel dans l'église San Luigi dei Francesi de Rome
Une photo du père Jacques Hamel dans l'église San Luigi dei Francesi de Rome — MARCO ZEPPETELLA / AFP

Ce mercredi matin, au Vatican, le pape François a célébré une messe à la mémoire du père Jacques Hamel, prêtre français égorgé en juillet par des djihadistes dans son église, en répétant que tuer au nom de Dieu était « satanique ».

« Comme il serait bon que toutes les confessions religieuses proclament que tuer au nom de Dieu est satanique », a déclaré le pape dans son sermon, en présence d’environ 80 pèlerins du diocèse de Rouen (nord-ouest de la France).

Un martyr assassiné « comme un criminel »

Dans la chapelle moderne de la résidence Sainte-Marthe, où il célèbre la messe tous les jours à 7h et où une photo du père Hamel avait été placée sur l’autel, le pape avait revêtu une aube rouge, la couleur liturgique des martyrs.

« Aujourd’hui dans l’Eglise, il y a plus de martyrs chrétiens que dans les premiers siècles », a affirmé le pape dans son sermon, prononcé en italien et traduit en français pour les fidèles.

>> A lire aussi : Le pape François recommande l'Evangile comme GPS

« Des chrétiens qui souffrent aujourd’hui, emprisonnés, torturés, tués parce qu’ils ne renient pas Jésus Christ », a-t-il insisté. « Cette cruauté qui requiert l’apostasie est, disons le mot, satanique ». Le prêtre français était « un homme bon, doux, de fraternité », qui a été assassiné « comme un criminel » mais n’a pas perdu « la lucidité d’accuser et de nommer son assassin : il a dit clairement va t’en Satan », a rappelé le pape.

« Tuer au nom de Dieu est satanique »

« Nous devons le prier, c’est un martyr, et les martyrs sont des bienheureux (proches de Dieu après la mort), pour qu’il nous donne à tous la fraternité, la paix, et aussi le courage de dire la vérité : tuer au nom de Dieu est satanique », a-t-il conclu.

Le père Jacques Hamel, 85 ans, a été égorgé par deux djihadistes de 19 ans se réclamant de l’organisation Etat islamique (EI), alors qu’il célébrait la messe à Saint-Etienne-du-Rouvray, près de Rouen. Cette attaque, 12 jours après l’attentat de Nice qui a fait 86 morts, avait soulevé une très vive émotion en France, mais aussi au Vatican.

A la suite de ces attentats, le pape argentin a reçu le président français François Hollande en audience privée le 17 août. Il doit aussi recevoir le 24 septembre des dizaines de victimes de l’attentat de Nice et leurs proches.