Présidentielle au Gabon: Ali Bongo contre-attaque et refuse tout recomptage des voix

ELECTION Pour le président, la saisie de la Cour constitutionnelle est « l’unique solution envisageable de sortie de crise »…

20 Minutes avec AFP

— 

Le président gabonais Ali Bongo
Le président gabonais Ali Bongo — MARCO LONGARI / AFP

Ali Bongo est déterminé. Le président gabonais, dont l’annonce de la réélection est violemment contestée par l’opposition, a contre-attaqué ce mercredi en martelant que la saisie de la Cour constitutionnelle est l’unique solution envisageable de sortie de crise. Renvoyant dans les cordes les observateurs de l’Union européenne (UE) qui ont fait état mardi d’une « anomalie évidente » dans les résultats, Ali Bongo a jugé que « certains (d’entre eux) ont outrepassé leur mission ».

S’exprimant sur la radio française RTL, mais aussi sur RFI et Europe 1, le président sortant du Gabon a également balayé d’un revers de la main toute possibilité d’un recomptage des voix, bureau de vote par bureau, avant le contentieux électoral devant la Cour Constitutionnelle.

« Ce n’est pas à 74 ans que Jean Ping va commencer une carrière de démocrate »

Ce recomptage est réclamé par l’opposition, qui affirme que la Cour est totalement inféodée à la présidence, mais aussi par la France, ancienne puissance coloniale. Ali Bongo a répété qu’une telle disposition n’était pas prévue par la loi électorale et relevait exclusivement d’une décision de la Cour.

>> A lire aussi : Le Quai d'Orsay sans nouvelles de «plusieurs de ses compatriotes»

Ali Bongo tacle également son adversaire : « Ce n’est pas à 74 ans que Jean Ping va commencer une carrière de démocrate qu’il n’a jamais été ». Il a également confirmé son intention de déposer des recours devant l’institution pour contester des résultats de Jean Ping dans certains bureaux.