Allemagne: Malgré sa débâcle électorale, Angela Merkel défend sa politique migratoire

ELECTIONS Les populistes de droite, qui ont devancé le parti de la chancelière, dénonçaient sa politique d’ouverture aux réfugiés…

20 Minutes avec AFP

— 

La chancelière allemande Angela Merkel, le 9 décembre 2015.
La chancelière allemande Angela Merkel, le 9 décembre 2015. — Markus Schreiber/AP/SIPA

Battue ce dimanche par les populistes de droite lors des élections régionales dans le Mecklembourg-Poméranie occidentale, Angela Merkel a pris acte de sa défaite mais a réaffirmé que sa décision d’accueillir en masse les migrants en 2015 était « la bonne ».

>> A lire aussi : Un an après l'ouverture aux réfugiés, Angela Merkel menacée par l'extrême droite sur ses terres

La chancelière s’est par ailleurs engagée ce lundi à « regagner la confiance » des Allemands. « Tous doivent désormais réfléchir à ce qu’on peut faire pour regagner la confiance et, naturellement, moi la première », a-t-elle dit en marge du sommet du G20 en Chine. « Bien sûr que je suis aussi responsable » du mauvais score de l’Union chrétienne-démocrate (CDU), le parti qu’elle préside.

L’accueil des migrants, « une bonne décision »

« Nous avons encore beaucoup à faire pour regagner la confiance, le thème de l’intégration et de la reconduite des migrants qui n’ont pas d’autorisation de séjour chez nous vont jouer un rôle important », a-t-elle dit.

La chancelière, dont le parti a essuyé une cuisante défaite dans la région où se trouve sa circonscription, a aussi souligné en particulier que « le nombre des réfugiés arrivant ( en Allemagne) a considérablement baissé » en 2016.

>> A lire aussi : Le parti anti-migrants fait une percée aux régionales... Angela Merkel prend une claque...

Surfant sur les inquiétudes provoquées par l’arrivée d’un million de demandeurs d’asile en 2015, les agressions sexuelles de masse attribuées à des migrants au Nouvel an et deux attentats en juillet revendiqués par les djihadistes de l’Etat islamique, les populistes de l’Alternative pour l’Allemagne (AfD) célèbrent un score retentissant dans cette région d’ex-RDA communiste. Avec près de 20,8 %, selon des résultats définitifs, ils arrivent derrière les sociaux-démocrates (30,6 %) mais s’imposent à la deuxième place devant la CDU de Mme Merkel (19 %), une première dans de telles élections régionales.