Syrie: Les Etats-Unis frappent Daesh avec des lance-roquettes mobiles depuis la Turquie

SYRIE Le nouveau dispositif a été déployé en soutien de la coalition internationale...

M.C. avec AFP

— 

Un dispositif de lance-roquettes HIMARS aux Etats-Unis en 2014.
Un dispositif de lance-roquettes HIMARS aux Etats-Unis en 2014. — Corey Dickstein/AP/SIPA

Pour les Etats-Unis, il s’agit là d’une « nouvelle étape de la coopération turco-américaine dans la lutte contre l’EI ». Les forces américaines ont frappé des cibles de Daesh en Syrie, près de la frontière avec la Turquie, avec un système de lance-roquettes mobiles « nouvellement déployé » sur le sol turc, ont indiqué samedi des responsables américains.

Le dispositif de lance-roquettes à haute mobilité (HIMARS) de l’armée américaine a visé et atteint vendredi une unité tactique et un bâtiment appartenant au groupe djihadiste, a déclaré le major Josh Jacques, porte-parole du Commandement central des Etats-Unis (Centcom).

Un système déjà utilisé lors d’opérations en Irak et en Afghanistan

Brett McGurk, émissaire du président Barack Obama dans la lutte contre Daesh, a indiqué que l’armée américaine avait touché les djihadistes avec un système « nouvellement déployé ». Le détachement, qui permet aux Etats-Unis de toucher une cible « avec un haut degré de précision et une portée significativement supérieure », a été déployé en Turquie en soutien de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis, a indiqué Josh Jacques.

>> A lire aussi : Le risque d'attentat est renforcé par «l'affaiblissement» de Daesh, estime François Molins

« HIMARS est remarquable dans sa capacité à réduire les potentiels dommages collatéraux quand il atteint une cible à un angle élevé, a une onde de choc relativement faible comparé au résultat obtenu et fonctionne par n’importe quel temps », a ajouté le major. Ce système a déjà été utilisé lors d’opérations en Irak et en Afghanistan. « Les frappes de précision menées par HIMARS sont similaires aux frappes aériennes (…) de la coalition ; HIMARS est un outil supplémentaire et implique de l’artillerie américaine opérant depuis le sol d’un allié de l’Otan », a précisé Josh Jacques.