Mondiaux de cache-cache: Un champion vous donne ses trucs pour gagner

JEU Le championnat mondial de cache-cache se tient ce week-end à Consonno, une ville fantôme d’Italie du nord…

Anne-Laëtitia Béraud
— 
Capture écran vidéo Nascondino World Championship 2015 VIDEO STORY par CTRL magazine
Capture écran vidéo Nascondino World Championship 2015 VIDEO STORY par CTRL magazine — CTRL magazine/Youtube

Massimo Scaramella revient tout spécialement en Italie pour une compétition pas comme les autres. Le jeune homme de 27 ans, qui vit à Dublin, sera ce week-end… aux Mondiaux de cache-cache. La 7e édition de ce championnat unique au monde se déroule dans un lieu tout aussi hors norme, à Consonno. Ce village fantôme, autrefois surnommé le Las Vegas de  Lombardie, a été abandonné en 1976.

Avec quatre copains du club Rugby Lumezzane, Massimo va affronter sur 25.000 mètres carrés 320 autres participants répartis en 64 équipes. Pendant deux jours, et sur plusieurs dizaines de manches, il leur faudra trouver la meilleure cachette et être le plus rapide pour rejoindre la cible, un matelas dodu posé au milieu de la verdure. Gare au « loup », le chercheur, chargé de les retrouver… Et gloire aux vainqueurs qui recevront un trophée un peu spécial, « la feuille de vigne d’or ».

Capture écran vidéo Nascondino World Championship 2015 VIDEO STORY par CTRL magazine
Capture écran vidéo Nascondino World Championship 2015 VIDEO STORY par CTRL magazine - CTRL magazine/Youtube

Vainqueur de la compétition en 2014, Massimo partage avec 20 Minutes quelques trucs pour espérer gagner. « Il faut être rapide pour courir vite jusqu’à la cible sans se faire attraper. Mais avoir de bonnes jambes ne suffit pas ! Il faut ruser pour trouver une bonne cachette, et surtout attendre le bon moment pour se mettre à découvert et rejoindre la cible », raconte le jeune homme. Pas besoin d’être un Musclor pour gagner, les filles sont aussi douées que leurs confrères masculins pour trouver la meilleure cache et galoper.

Selon Massimo, mieux vaut avoir un coup d’œil sûr pour trouver la bonne cachette au milieu de la végétation et des objets (anciennes portes, tentes, meules de foin…) répartis sur l’aire de jeu. Enfin, pendant la manche, mieux vaut être rapide : le premier arrivé à la cible obtient 16 points, le second 15, etc. Ce sera un zéro pointé si le joueur se fait attraper par le chercheur, ou s'il reste caché jusqu’à la fin de la partie… Si certains se déguisent pour se fondre dans le décor, Massimo l’assure : « C’est une histoire de contrôle sur soi-même, quand le chercheur n’est pas loin et qu’il faut se décider s’il faut courir ou non ! »

Autre truc : ne pas avoir une descente de bière trop rapide le samedi soir, car cette année, la compétition se déroulera aussi le dimanche… « C’est un jeu, mais aussi un rassemblement et une grande fête. On fera du camping la nuit de samedi à dimanche, et j’espère qu’on aura des supporteurs pour nous soutenir ! » Aux joueurs français, Massimo leur adresse un ultime conseil : « Pas besoin de parler italien ni d’avoir de la stratégie pour ce jeu trop marrant. Venez pour l’adrénaline et l’ambiance trop sympa ! »