Chine: Le bus «anti-bouchons» était une escroquerie

TRANSPORTS Les investisseurs veulent désormais être remboursés des sommes qu’ils ont déjà versées…

H. B.

— 

Le prototype d'un bus anti-bouchons va être testé cet été en Chine.
Le prototype d'un bus anti-bouchons va être testé cet été en Chine. — Capture d'écran / YouTube

L’idée était trop belle pour être vrai. Le projet du fameux « bus enjambeur » en Chine, appelé TEB (Transit Elevated Bus), n’était en fait qu’une vaste supercherie. D’après plusieurs médias chinois, ce projet n’était qu’un « coup de pub ».

D’une longueur de 60 mètres, ce bus « anti-bouchons », surélevé et porté par des glissières sur les bords des routes, promettait de circuler littéralement au-dessus des voitures, grâce à sa largeur de huit mètres. Il était censé transporter jusqu’à 1.400 passagers et rouler à 65 km/h, à environ cinq mètres au-dessus du sol. Des véhicules, d’une hauteur maximale de 2,1 mètres, pouvaient alors rouler dessous.

>> A lire aussi : Bientôt un bus «anti-bouchons» pour circuler au-dessus des voitures ?

26 millions de dollars ont été levés auprès de 200 investisseurs

Un prototype avait même parcouru 300 mètres dans une rue de la ville de Qinhuangdao, au nord-est de la Chine. Mais déjà à l’époque, plusieurs voix s’étaient élevées pour critiquer ce projet un peu surréaliste. « Trop haut pour passer sous les ponts », trop bas pour que certains véhicules puissent passer dessous ou encore pas adapté aux voiries et aux carrefours… Il s’est finalement avéré que ce n’était qu'une opération publicitaire visant à attirer des investisseurs chinois crédules, note L’Express

 

>> A lire aussi : Premiers tests en ville pour le bus «anti-bouchons»

En Chine, il existe de nombreuses plateformes en ligne de prêt sur lesquelles des investisseurs privés peuvent financer des idées novatrices, mais très souvent, ces projets ne voient jamais le jour. Bai Zhiming, l’homme d’affaires à l’origine de ce projet, promettait un rendement attractif de 12 %. Au total, 26 millions de dollars ont été levés auprès de 200 investisseurs. Et ces derniers, mécontents, réclament aujourd’hui être remboursés.