Présidentielle américaine: Hillary Clinton se prépare à un débat «dingue» avec Donald Trump

ETATS-UNIS La candidate démocrate a déclaré que son rival républicain pourrait être un adversaire imprévisible lors des débats à venir…

20 Minutes avec AFP

— 

Donald Trump, le 20 avril 2016 à New York et Hillary Clinton, le 19 avril 2016 à New York.
Donald Trump, le 20 avril 2016 à New York et Hillary Clinton, le 19 avril 2016 à New York. — Julie Jacobson/AP/SIPA / Kathy Willens/AP/SIPA

Hillary Clinton s’attend au pire avec Donald Trump. La candidate démocrate à l’élection présidentielle américaine a déclaré ce lundi que son rival républicain pourrait être un adversaire imprévisible lors des débats à venir, disant se préparer à des « choses dingues ». « J’ai prévu de puiser dans mes expériences de l’école primaire », s’est-elle amusée sur le plateau de « Jimmy Kimmel Live », une émission de divertissement diffusée par la chaîne de télévision ABC.

>> A lire aussi : Hillary Clinton estime que Donald Trump a «dépassé les bornes»

Donald Trump a toutefois laissé entendre qu’il pourrait ne pas participer aux trois débats inscrits à l’agenda, alors même qu’il est devancé dans les sondages et que ces émissions à très forte audience lui offrent une chance non négligeable de convaincre les électeurs indécis.

Un premier débat dans un mois

Le premier débat doit avoir lieu dans un mois, près de New York. Il pourrait être haut en couleur, au vu des récentes invectives proférées par Donald Trump à l’encontre de Hillary Clinton : il l’a notamment qualifiée de « crapule » et émis des doutes son état de santé.

Lors de l’interview, l’animateur Jimmy Kimmel a demandé à Hillary Clinton d’ouvrir une boîte de cornichons, une plaisanterie censée montrer la bonne santé de son invitée. Il a aussi fait référence à l’affaire des emails de Hillary Clinton, transmis à travers un serveur privé plutôt qu’à travers les services officiels sécurisés du département d’Etat lorsqu’elle était chef de la diplomatie américaine (2009-2013).

L’interview a aussi été l’occasion d’évoquer les déclarations de Donald Trump selon lesquelles le président Barack Obama et Hillary Clinton étaient les fondateurs du groupe Etat islamique (EI). Des allégations que le candidat a ensuite qualifiées de sarcastiques. « Lorsque Trump s’exprime de la manière dont il s’exprime, cela aide en réalité les terroristes », a estimé la candidate démocrate. « Parfois j’ai l’impression que cette campagne est entrée dans un univers parallèle », a-t-elle encore dit.