Al-Qaida: Qui est Hamza Ben Laden ?

TERRORISME Depuis un an, le fils d'Oussama Ben Laden, Hamza Ben Laden, intensifie ses messages de propagande...

Helene Sergent

— 

Hamza ben Laden, le fils de Oussama ben Laden, le 7 novembre 2001.
Hamza ben Laden, le fils de Oussama ben Laden, le 7 novembre 2001. — AL-JAZEERA / AFP

Le monde a découvert le visage juvénile d’Hamza Ben Laden en 2001. Dans une vidéo diffusée sur Internet puis récupérée en partie par la chaîne Al-Jazeera, le fils de l’ex-leader de l’organisation terroriste Al-Qaida, apparaissait, turban sur la tête, entouré de djihadistes afghans. Depuis Hamza Ben Laden, 23 ans, a bien grandi. En une année, le jeune homme a diffusé trois messages audio au nom d’Al-Qaida ou d’Aqpa (Al-Qaida dans la péninsule arabique), la branche active en Arabie Saoudite et au Yémen. Quel est son rôle véritable et qui est-il ?

>> A lire aussi : Le fils d'Oussama Ben Laden appelle à renverser le pouvoir saoudien

Le fils « préféré »

Né à Djeddah en Arabie Saoudite au début des années 1990, Hamza est le fils d’Oussama Ben Laden et de Khairiah Sabar. Très tôt, le garçonnet figure sur les images de propagande aux côtés du leader d’Al-Qaida. Dans l’ouvrage Oussama Ben Laden, Portrait de famille (Ed. Broché, 2010), le quatrième fils du terroriste, Omar Ben Laden revient sur une scène qui l’a particulièrement marquée. En 2000, une partie de la famille, expulsée du Soudan depuis 1996, assiste au mariage de Muhammad, demi-frère de l’auteur. Le jeune Hamza, 9 ans aurait lu, lors de la cérémonie, un poème dans lequel il proclamait : « Quel crime avons-nous commis pour devoir quitter notre pays ? (…) Nous combattrons à jamais les infidèles ! »

>> A lire aussi : Cinq ans après la chute de Ben Laden, Al-Qaida n'est pas mort

A la mort d’Oussama Ben Laden, en mai 2011 lors du raid d’un commando américain au Pakistan, plusieurs documents saisis et désormais déclassifiés témoignent des projets de Ben Laden pour son fils. Figure d’héritier et « fils préféré » du cerveau des attentats du 11 septembre 2001 à New York, Hamza Ben Laden répond favorablement aux aspirations de son père et réaffirme, à moins de vingt ans, sa volonté de mener le djihad.

Une légitimité disputée

Si l’ultra-médiatisation et la prééminence de l’Etat Islamique dans le conflit syrien a relayé Aqpa et Al-Qaida en second plan, l’organisation poursuit son expansion. Deux nouvelles branches ont été créées dans le sous-continent indien et en Syrie, et le groupe tente de consolider ses positions dans le Sahel et au Yemen. Dans ce cadre, Hamza Ben Laden a intensifié sa communication et multiplié les menaces contre les Etats-Unis, des appels à l’unité de tous les djihadistes ou au renversement du royaume saoudien.

>> A lire aussi : Arabie saoudite: Le fils d'Oussama Ben Laden appelle à renverser le pouvoir

Mais Hamza Ben Laden dispose avant tout d’un nom, souligne Abdelasiem El Difraoui, politologue et auteur de Al-Qaida par l’image : La prophétie du martyre (PUF, Paris 2013) : « Tout le monde se dispute la légitimité des Ben Laden. Grâce à son patronyme, son fils peut revendiquer un rôle très important, il est là pour démontrer une certaine continuité dans le djihad et pour prouver que les générations futures sont prêtes à continuer le combat. » Une analyse complétée par Laurent Bonnefoy, politologue chargé de recherche au CNRS et au CERI à Sciences Po : « Au-delà de son nom et d’un message politique qu’il peut porter, il n’a pas de légitimité particulière, ni en termes de combat, ni en termes de connaissance religieuse. »