Turquie: Trois attentats attribués au PKK font 12 morts et des centaines de blessés

TURQUIE Deux commissariats et un convoi militaire ont été visés…

20 Minutes avec AFP

— 

Van, Elazig et Bitlis ont été frappées par des attentats attribués au PKK
Van, Elazig et Bitlis ont été frappées par des attentats attribués au PKK — 20 Minutes / Google Maps

La police et l’armée turque ont été la cible de trois attaques attribuées à la rébellion kurde ce jeudi.

Au moins 12 personnes ont été tuées et 200 autres blessées dans l’est et le sud-est du pays.

Des commissariats visés

Dans la nuit de mercredi à jeudi, trois personnes, deux civils et un policier, avaient été tuées et 73 blessées à Van, une cité de l’Est du pays, dans un attentat à la voiture piégée. L’attentat visait un commissariat de police à Ipekyolu, un quartier central de la ville de Van, a indiqué Mehmet Parlak, un responsable du gouvernorat de Van, cité par l’agence de presse pro-gouvernementale Anadolu.

Van est une grande ville à population mixte kurde et turque et une destination touristique populaire, proche de l’Iran. Elle avait aussi été relativement épargnée par les violences qui perdurent depuis 1984 et qui ont coûté la vie à plus de 40.000 personnes.

Le PKK pointé du doigt

Trois policiers ont été tués et 145 autres personnes blessées (85 policiers et 60 civils) dont 20 grièvement dans une attaque similaire à Elazig (est), un bastion nationaliste turc jusqu’à présent épargné par les ravages du conflit kurde, a déclaré le Premier ministre turc Binali Yildirim qui a annulé son programme et s’est rendu sur les lieux, accompagné de plusieurs ministres et du chef de l’armée.

Il a expliqué que le pays avait élevé d’un cran son niveau d’alerte, pointant du doigt le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

« Il n’y a aucun doute qu’il s’agit de l’œuvre de l’organisation terroriste (…) Aucun mouvement terroriste ne peut faire céder le peuple turc », a-t-il martelé devant la presse sur les lieux de l’explosion.

L’attaque a visé le siège de la police de cette province non kurde de l’est de la Turquie. Elle a provoqué des dégâts considérables dans le bâtiment de quatre étages, selon les chaînes de télévision.

Des militaires visés

Quelques heures plus tard un convoi militaire a été visé à Bitlis (sud-est) par des rebelles du PKK qui ont fait exploser un engin à son passage, tuant cinq soldats et un « gardien de village », la milice kurde anti-PKK. Sept soldats ont été blessés, selon la presse.

Le précédent bilan était de quatre morts dans cette attaque.