Burkini: «Le modèle français n'a pas fonctionné au mieux», juge le ministre italien de l'Intérieur

SOCIETE Le ministre de l'Intérieur italien juge inapproriée, voire dangereuse, toute mesure d’interdiction du port du burkini...

20 Minutes avec AFP
— 
Burkini - Illustration
Burkini - Illustration — MOHD RASFAN / AFP

La polémique sur le burkini s’est invitée chez nos voisins transalpins. Le ministre italien de l’Intérieur, Angelino Alfano, s’est montré plutôt sceptique sur les vertus du « modèle français », alors qu’une poignée de communes françaises ont interdit le port du burkini.

« Il ne me semble pas, hélas que le modèle français ait fonctionné au mieux » a déclaré Angelino Alfano au Corriere della Sera, répondant à une question sur les polémiques en France autour cette tenue couvrant le corps et la tête portée par certaines musulmanes sur les plages.

Une interdiction dangereuse

Le ministre italien juge par ailleurs inapproriée, voire dangereuse, toute mesure d’interdiction du port du burkini. Les autorités d’un pays ont « la responsabilité de garantir la sécurité » sans toutefois tomber dans « une provocation potentielle qui puisse attirer des attentats », a-t-il ainsi expliqué au Corriere. « La Constitution italienne garantit à chacun la liberté de culte » souligne Angelino Alfano définissant son approche « libérale » et « pragmatique ».

Le Premier ministre français, Manuel Valls, a de son côté pris la défense des maires ayant pris des mesures d’interdiction du burkini, qu’il a jugé « pas compatible avec les valeurs de la France et de la République », dans un entretien avec le quotidien La Provence.

La formation des imams renforcée

Le ministre italien de l’Intérieur a également annoncé dans cet entretien qu’il allait prendre des mesures pour renforcer des contrôles sur les mosquées et pour garantir la formation des imams en Italie.

« Il y a une différence entre prier et inciter à la violence » a-t-il insisté, alors que l’Italie a procédé à l’expulsion de neuf imams soupçonnés de radicalisation au cours des douze derniers mois. Une nouvelle loi sur la sécurité intérieure va être présentée à l’automne, a-t-il enfin annoncé.