Putsch raté en Turquie : Ankara va libérer 38.000 prisonniers non impliqués, mais la purge continue

JUSTICE Plus de 2.000 policiers en lien avec le putsch manqué du 15 juillet ont été révoqués par décret…

20 Minutes avec agences

— 

Dans le centre d'Istanbul (Turquie), lundi 18 juillet 2016.
Dans le centre d'Istanbul (Turquie), lundi 18 juillet 2016. — Emilio Morenatti / AP / SIPA

Ankara va libérer près de 38.000 personnes condamnées pour des faits s’étant produits avant le 1er juillet, soit avant le putsch raté de la mi-juillet, a annoncé lundi le ministre de la Justice Bekir Bozdag.

L’objectif ? Désengorger les prisons turques alors que la purge, qui a envoyé derrière les barreaux quelque 35.000 personnes, dont environ 11.600 ont déjà été libérées, continue.

Pas d’amnistie

La mesure de libération anticipée sous contrôle judiciaire « n’est pas une amnistie » et « concerne les crimes commis avant le 1er juillet », mais pas les meurtres, actes de terrorisme ou atteintes à la sécurité de l’Etat, a annoncé le ministre dans une rafale de 19 messages sur Twitter.

« En conséquence de cette mesure, environ 38.000 personnes seront libérées de prison dans une première étape », a indiqué le ministre.

>> A lire aussi : Deux peines de prison à vie requises contre Gülen après le putsch en Turquie

2.000 policiers révoqués

La mesure exclut de fait toute personne incarcérée pour son implication dans le coup d’Etat raté du 15 juillet qu’Ankara a accusé l’ex-imam Fethullah Gülen, exilé aux Etats-Unis, d’avoir ourdi.

Ce mercredi, le gouvernement turc a publié deux décrets révoquant plus de 2.000 policiers, des centaines de militaires ainsi que de membres de l’autorité nationale des télécommunications en lien avec le putsch manqué du 15 juillet.

Parus au Journal officiel, ces décrets instituent également la fermeture de l’autorité des télécommunications.

>> A lire aussi : La tentative de putsch contre Erdogan bientôt adaptée au cinéma