Brésil: La présidente Dilma Rousseff se dit «innocente» avant son jugement

DESTITUTION Rousseff rattrapée par la justice juste avant sa probable destitution...

20 Minutes avec AFP

— 

La présidente brésilienne Dilma Rousseff à Paris, en décembre 2012.
La présidente brésilienne Dilma Rousseff à Paris, en décembre 2012. — CHAMUSSY/SIPA

La présidente brésilienne se défend. Dilma Rousseff, suspendue en mai, a clamé mardi être «innocente» et prête à un référendum sur des élections anticipées si elle n'était pas destituée fin août, dans une lettre ouverte.

«Il faut que le Sénat mette fin à la procédure de destitution, en reconnaissant face aux preuves irréfutables qu'il n'y a pas eu crime de responsabilité, que je suis innocente», dit-elle dans sa lettre ouverte au peuple brésilien lue au Palais de l'Alvorada à Brasilia devant la presse, et qu'elle a mise sur des réseaux sociaux.

Poussée vers la soortie 

Sur la sellette depuis des mois à cause d’une accusation de maquillage de comptes publics, le départ de l’ancienne protégée de Lula se confirme après que le Sénat s’est prononcé en faveur d’un procès en destitution de la présidente Dilma Rousseff, qui pourrait aboutir à sa destitution définitive.

>> A lire aussi : Dilma Rousseff soumise à un procès en destitution par le Sénat

Le procès de Rousseff devrait s’ouvrir le 25 août, quatre jours après la fin des Jeux Olympiques, et durer cinq jours. Il se tiendra devant le Sénat, de nouveau présidé pour l’occasion par le président du Tribunal Suprême Ricardo Lewandowski. Le vote final se fera à la majorité des deux tiers.