Attaque dans un train en Suisse: L'assaillant est mort des suites de ses blessures

FAITS DIVERS L'homme avait blessé six personnes dont un enfant de six ans, samedi dans un train...

V.V. avec AFP

— 

Un homme a poignardé six personnes dans un train circulant dans le nord-est de la Suisse.
Un homme a poignardé six personnes dans un train circulant dans le nord-est de la Suisse. — Beat KAELIN / newspictures.ch / AFP

La piste terroriste n’est pas « privilégiée ». La police suisse tentait dimanche d’en savoir davantage sur les motivations d’un homme de 27 ans qui a attaqué, samedi, les passagers d’un train circulant au nord-est du pays, non loin des frontières de l’Autriche et du Liechtenstein.

>> Les faits : Six blessés dans une attaque au couteau dans un train

Grièvement brûlé lors de sa propre attaque, l’auteur des faits a finalement succombé à ses blessures après avoir été opéré dans la nuit. Une femme de 34 ans est également décédée suite à cet assaut. Cinq autres personnes – dont une fillette de six ans – ont été transportées à l’hôpital. Deux d’entre elles dont la fillette sont toujours dans un état grave.

Les vidéos prouvent que l’homme a agi seul

De nationalité suisse, le jeune homme avait mis le feu à un wagon avec un liquide inflammable avant de poignarder les passagers présents ainsi qu’un homme qui s’était précipité dans le train pour intervenir alors que celui-ci arrivait en gare de Salez.

Il a agi seul, a indiqué la police, sur la foi d’images vidéo le montrant, armé d’un couteau, verser le liquide et y mettre le feu.

Connaissait-il ses victimes ?

« La question du mobile reste entière », affirme la police régionale de Saint-Gall, expliquant qu' « à l’heure actuelle, il n’y a aucun indice montrant que cet acte est terroriste ou motivé politiquement ». « Le terrorisme n’est pas notre piste privilégiée », a insisté le porte-parole de police Bruno Metzger, affirmant que « d’autres mobiles » sont plus probables, sans souhaiter en dire davantage.

D’autres sources évoquent l’hypothèse d’un drame passionnel sans que cela ne soit confirmé. La jeune femme qui est décédée avait été la plus grièvement blessée à bord du train, ayant reçu beaucoup de liquide inflammable sur ses vêtements.

Bruno Metzger, le porte-parole de la police, a affirmé qu’il ne pouvait pas confirmer pour autant qu’elle ait été particulièrement visée par l’agresseur. Et un autre porte-parole de la police, Hanspeter Kruesi, a affirmé qu’il ne semblait pas que l’attaque ait été dirigée contre une personne en particulier. « On ne sait pas, à ce stade de l’enquête, si l’agresseur connaissait ses victimes », a-t-il ajouté.