Yémen: Dix enfants ont été tués dans un raid de la coalition arabe visant une école coranique

CONFLIT Les victimes sont âgées de moins de quinze ans…

V.V. avec AFP

— 

La province d'Haydan avait déjà été visé par d'intenses combats en 2009 (photo d'époque).
La province d'Haydan avait déjà été visé par d'intenses combats en 2009 (photo d'époque). — AL-HUTHI GROUP / AFP

Les pourparlers de paix ont été suspendus la semaine dernière. Et le Yémen s’enfonce un peu plus dans une crise de grande ampleur. Dix enfants ont été tués par des raids aériens menés par la coalition arabe, menée par l’Arabie Saoudite, a indiqué, ce dimanche, l’ONG Médecins sans frontières (MSF).

>> Yémen, à qui profite le chaos ?

« Nous avons vu 10 enfants morts et 28 blessés, tous âgés de moins de quinze ans et victimes de frappes aériennes sur une école coranique à Haydan », dans le nord du Yémen, a indiqué Malak Shaher, une porte-parole de MSF. L’Unicef a confirmé qu’un bombardement aérien avait touché cette école, tuant plusieurs enfants de 6 à 14 ans.

De son côté, la coalition arabe a nié que ses avions aient visé une école, affirmant avoir frappé un centre où les rebelles Houthis entraînaient des enfants au combat, a indiqué son porte-parole. « Ils utilisent des enfants comme recrues », a ainsi déclaré le général saoudien Ahmed Al-Assiri.

La coalition arabe accusée déjà très critiquée

« En raison de l’intensification des violences au Yémen la semaine passée, le nombre d’enfants tués ou blessés dans des bombardements aériens ou par l’explosion de mines a augmenté de manière significative », a déploré l’agence de l’ONU pour l’enfance.

Le conflit au Yémen a fait plus de 6.400 morts et les violences se sont intensifiées depuis la suspension la semaine dernière des pourparlers de paix tenus sans succès au Koweït.

Le conflit oppose des rebelles chiites Houthis alliés à l’ex-président yéménite Ali Abdallah Saleh aux forces loyales à l’actuel chef de l’Etat Abd Rabbo Mansour Hadi soutenu par la coalition arabe sunnite menée par l’Arabie saoudite. La coalition arabe avait déjà été accusée dans un rapport de l’ONU d’être responsable de la mort de nombreux civils dont des enfants, ce qu’elle a toujours nié.