Fidel Castro fête ses 90 ans, félicité par Poutine et Maduro

CUBA L'état de santé du «líder máximo», père de la Révolution cubaine, reste secret...

20 Minutes avec AFP

— 

Fidel Castro s'est rendu dans une école de La Havacne le 7 avril 2016
Fidel Castro s'est rendu dans une école de La Havacne le 7 avril 2016 — CUBATV / CUBANTV / AFP

Admiré, critiqué et désormais à la retraite : Fidel Castro, entré dans les livres d’histoire en menant la Révolution cubaine, fête samedi ses 90 ans dans une île en plein rapprochement avec son ennemi de la Guerre froide, les Etats-Unis.

>> A lire aussi : Première apparition publique de Fidel Castro depuis neuf mois

Aucune cérémonie officielle n’est prévue pour marquer l’anniversaire du « Comandante » même si une visite de son principal allié dans la région, le Vénézuélien Nicolas Maduro, n’est pas à exclure. « Nous célébrerons les 90 ans de cet homme qui est aussi immortel », a assuré le dirigeant socialiste. Le président russe Vladimir Poutine a également souhaité « bonne santé, longévité, vitalité et prospérité » à son « cher ami » cubain.

Depuis des semaines, une multitude d’affiches à son image à travers l’île rendent hommage à l’un des hommes les plus influents et controversés du XXe siècle. Et s’il a laissé le pouvoir à son frère Raul, 85 ans, il y a dix ans, pour raisons de santé, il reste plus présent que jamais dans le pays communiste.

Des soldats cubains visitant une exposition consacré à Fidel castro le 12 août 2016 à La Havane.
Des soldats cubains visitant une exposition consacré à Fidel castro le 12 août 2016 à La Havane. - YAMIL LAGE / AFP

Un vieil homme diminué, dont l’état de santé reste mystérieux

Fidel, c’est l’homme qui a instauré un régime socialiste à parti unique, fortement critiqué sur la scène internationale pour les nombreuses violations des droits de l’Homme. Mais c’est aussi celui qui a apporté santé et éducation gratuites à des millions de Cubains, en grande majorité pauvres.

Elle est loin, l’image de l’impétueux guérillero entré triomphalement à La Havane en 1959, renversant alors le dictateur Fulgencio Batista : désormais c’est un vieil homme à la barbe blanchie, diminué par une sévère crise intestinale il y a quelques années, qui vit retiré dans sa maison à La Havane, où il ne reçoit que de rares visites de personnalités. Son état de santé est entouré du plus grand secret.