Etats-Unis: Trump affirme que ses propos sur Obama «fondateur» de Daesh étaient sarcastiques

ELECTION PRÉSIDENTIELLE Donald Trump avait déclaré que Barack Obama était le «fondateur» de Daesh, avant d'affirmer qu'il était sarcastique...

L.C. avec AFP
— 
Donald Trump en Flortide, le 11 août 2016.
Donald Trump en Flortide, le 11 août 2016. — Evan Vucci/AP/SIPA

L’humour de Donald Trump est-il incompris ? Le candidat républicain à la présidentielle américaine a affirmé ce vendredi qu’il était sarcastique quand il a accusé le président Barack Obama et Hillary Clinton d’être les «fondateurs» de l’organisation terroriste Etat islamique. Des propos incendiaires qui ont soulevé une nouvelle fois la question de savoir si le candidat républicain était présidentiable.

Le sarcasme a bon dos

« Ils ne comprennent par le sarcasme ? » a tweeté en lettres majuscules le candidat républicain, s’attaquant comme il le fait fréquemment aux médias et dans ce cas à la chaîne CNN.

C’est la deuxième fois en quelques semaines que Donald Trump invoque le sarcasme pour essayer de calmer une tempête de critiques qu’il a déclenchée. Il avait déjà affirmé avoir été sarcastique et sciemment mal compris par une presse hostile lorsqu’il avait appelé les services de renseignement russes à retrouver des messages privés d’Hillary Clinton, son adversaire dans la course à la Maison Blanche.



Au sujet de ses déclarations sur Obama et l’EI, Donald Trump a affirmé que « fondateur » était bien le mot qu’il voulait utiliser, dans un entretien avec Hugh Hewitt, un animateur d’une émission de radio conservatrice. Après cette nouvelle polémique, l’équipe de campagne d’Hillary Clinton a affirmé une nouvelle fois « que quiconque capable de tomber si bas, aussi souvent, ne devrait jamais être autorisé à devenir notre commandant-en-chef ».

Des républicains choqués écrivent à la direction du parti

Plus de 70 républicains, choqués par la campagne du milliardaire et inquiets du risque d’une déroute du parti en novembre, ont écrit à leur parti pour qu’il arrête de la financer et qu’il se concentre plutôt sur les élections législatives qui auront lieu en même temps que la présidentielle, a révélé le quotidien Politico ce vendredi.

« La capacité de Donald Trump à diviser, son incompétence, ses imprudences et son impopularité record risquent de transformer cette élection en raz-de-marée démocrate », avancent-ils dans cet avertissement adressé au président du parti républicain, Reince Priebus.