Japon: L'empereur Akihito évoque la possibilité d'abdiquer

JAPON L’empereur Akihito s’est adressé aux Japonais dans un message diffusé à la télévision…

Mathias Cena
— 
Des Japonais regardent le discours de l'empereur Akihito à Tokyo, le 8 août 2016.
Des Japonais regardent le discours de l'empereur Akihito à Tokyo, le 8 août 2016. — Koji Sasahara/AP/SIPA

Un message subtil qui pourrait bien bousculer la monarchie japonaise. L’empereur nippon Akihito s’est exprimé lundi à la télévision, fait rarissime, pour expliquer à ses sujets qu’il craignait de ne plus pouvoir assurer pleinement son rôle : « Je m’inquiète de la difficulté à remplir mes fonctions en tant que symbole de l’Etat », a-t-il notamment déclaré dans une allocution d’une dizaine de minutes diffusée par plusieurs chaînes japonaises.

Le souverain de 82 ans, à qui des rumeurs citées par les médias japonais mi-juillet prêtaient l’intention « d’abdiquer », n’a pas prononcé le mot, car ce serait considéré comme un acte politique, ce qui lui est interdit par la Constitution actuelle. Mais il a, à plusieurs reprises, évoqué son âge, son état physique et son emploi du temps rigoureux. Une manière de communiquer son souhait de pouvoir passer « de son vivant » ses fonctions au prince héritier Naruhito, son fils.

Le plus important chamboulement depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale

Ce message adressé de manière très indirecte constitue déjà un chamboulement, car ce n’est que la deuxième fois que Akihito s’adresse ainsi au peuple via une allocution télévisée ; la première remonte à mars 2011, quelques jours après la triple catastrophe qui a durablement meurtri le Nord-Est du Japon.

>> A lire aussi : Les complications juridiques d'une éventuelle abdication

Une modification du statut de l’empereur pour lui permettre d’abdiquer serait la plus importante transformation de la monarchie japonaise depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, quand l’empereur Hirohito, père de Akihito, a été déchu de son statut de demi-dieu, tout en restant en place. Son fils, qui lui a succédé en 1989, est dans sa 28e année de règne, un fait quotidiennement rappelé aux Japonais par le calendrier nippon, couramment utilisé dans le pays, dans lequel l’année 2016 correspond à l’année 28 de l’ère Heisei (« l’accomplissement de la paix »). A l’accession au trône de chaque nouvel empereur commence une nouvelle ère.

Quelques minutes après la diffusion du discours de l’empereur, le Premier ministre Shinzo Abe est intervenu en direct à la télévision, assurant prendre « avec sérieux les mots de l’empereur » et devoir y « réfléchir profondément ». Un débat devrait donc être lancé, avec l’approbation de l’opinion : les Japonais, interrogés lundi par les chaînes de télévision qui diffusent en boucle des extraits de l’allocution, déclarent en majorité comprendre Akihito, un souverain très populaire. Et selon un sondage de l’agence Kyodo publié la semaine dernière, quelque 85 % de la population se dit favorable à un allégement des tâches de l’empereur, qui a notamment, l’an dernier, signé un millier de textes de loi, traités et autres documents transmis par le gouvernement et assisté à 270 réceptions.