Les auteurs des attentats en Allemagne auraient été en contact avec Daesh en Arabie Saoudite

TERRORISME Les deux hommes ont discuté par des systèmes de messagerie…

20 Minutes avec AFP

— 

Un homme a été tué par la police en Allemagne, le 18 juillet 2016, après avoir attaqué les passagers d'un train à la hache.
Un homme a été tué par la police en Allemagne, le 18 juillet 2016, après avoir attaqué les passagers d'un train à la hache. — Karl-Josef Hildenbrand/AP/SIPA

Les attentats perpétrés fin juillet en Allemagne et revendiqués par Daesh auraient notamment été pilotés depuis l’Arabie Saoudite. Les auteurs des deux attentats étaient en contact avec des représentants de l’organisation djihadiste, notamment au royaume saoudien, qui les ont conseillés sur leur passage à l’acte, selon l’hebdomadaire Der Spiegel.

Un scénario similaire à l’attentat de Nice ?

Dans son édition à paraître samedi, le périodique allemand, qui ne cite pas ses sources, explique que les deux hommes ont discuté par des systèmes de messagerie avec différentes personnes dont les numéros renvoient notamment en Arabie Saoudite.

Riaz Khan Ahmadzai, un adolescent de 17 ans probablement originaire d’Afghanistan qui a attaqué à la hache le 18 juillet les passagers d’un train, faisant cinq blessés, s’était vu conseiller par son contact au sein de Daesh de foncer dans une foule à bord d’une voiture, un scénario similaire à l’attentat de Nice le 14 juillet dans le sud de la France, selon le Spiegel.

>> A lire aussi : Les autorités allemandes doutent que l'agresseur soit Afghan

Mais le jeune homme a argué ne pas avoir de permis de conduire et a lui-même proposé d’attaquer un train. La conversation s’achève sur un « nous nous verrons au paradis » de l’auteur de l’attentat, qui a été tué par la police.

D’autres projets d’attentats

L’auteur de l’attaque du 24 juillet (15 blessés), le Syrien Mohamed Daleel, était lui aussi en contact avec un membre de Daesh, qui lui aurait demandé de filmer l’explosion de son sac à dos lors d’un festival de musique à Ansbach (sud) et d’envoyer les images au groupe djihadiste.

Les enquêteurs estiment, toujours selon le Spiegel, dès lors que cet assaillant s’est probablement tué accidentellement avec sa bombe, qu’il ne s’agirait pas d’un attentat suicide. Daleel, dans ses conversations avec son contact, avait pour projet de commettre d’autres attentats.