Présidentielle US: Donald Trump est-il sur une pente savonneuse?

MONDE Ses critiques à l’encontre de soldats américains pourraient lui valoir une baisse de popularité…

A.Ch.
— 
Donald Trump, en meeting le 2 août à Ashburn.
Donald Trump, en meeting le 2 août à Ashburn. — Evan Vucci/AP/SIPA

Donald Trump est-il allé trop loin en s’en prenant à l’armée américaine ? Coutumier des injures et des attaques gratuites, le candidat républicain à la Maison Blanche a suscité une nouvelle polémique ce mardi en ironisant sur le don d’un ancien combattant, qui lui a offert sa prestigieuse médaille Purple Heart, décernée aux soldats américains blessés ou morts au combat. « C’était beaucoup plus facile (de l’obtenir) comme ça », c’est-à-dire par un don plutôt qu’en combattant, a déclaré Donald Trump.


« Ce n’est pas la première fois qu’il s’en prend à l’armée »

Des propos qui ont choqué les Américains, d’autant plus que le New York Times a révélé ce lundi que le milliardaire aurait bénéficié de plusieurs sursis à son incorporation dans l’armée pendant la guerre du Vietnam grâce à ses études et à une excroissance osseuse au pied. Hillary Clinton, sa rivale démocrate, a immédiatement réagi sur Twitter : « Ceci venant d’un homme qui dit s’être "sacrifié" pour son pays ».

 


 

Quelques jours plus tôt, Donald Trump avait déjà fait des vagues en s’en prenant au père d’un soldat musulman mort au combat en Irak en 2004. Ces attaques contre l’armée américaine pourraient lui valoir un sérieux discrédit auprès des Américains : « Ces propos ont été très mal accueillis, y compris au sein du parti républicain qui reste divisé, commente Marie-Cécile Naves, auteur de Trump, l’onde de choc populiste à paraître le 8 aout (éd. FYP). Ce n’est toutefois pas la première fois qu’il s’en prend à l’armée. Il avait notamment accusé John McCain [sénateur républicain et ancien militaire venant d’une longue lignée ayant servi sous les drapeaux] de ne pas être un vrai militaire. A l’époque, cela avait provoqué une polémique mais ça n’a pas été déterminant pour l’électorat. »

Trump peut rebondir

Pour barrer la route de la Maison Blanche à Donald Trump, il en faudra sans doute plus. Barack Obama a remis un peu de savon sur la planche en déclarant ce mardi qu’il n’était « pas qualifié pour être président ». Malgré cette attaque en règle, le président des Etats-Unis n’a pas encore sorti d’armes assez lourdes pour contrer Trump, estime Marie-Cécile Naves. « Obama multiplie les critiques, il ne veut pas que Trump arrive au pouvoir car il remettrait en cause sa réforme de la santé et toute sa politique environnementale. Mais on pouvait s’attendre à plus d’attaques après la convention démocrate », explique la chercheuse.

Malgré une baisse dans les sondages et une mauvaise semaine, rien n’est encore perdu pour Donald Trump. « Il n’est certes pas dans une dynamique positive mais il lui reste trois mois et il a déjà prouvé qu’il savait rebondir », rappelle Marie-Cécile Naves.