VIDEO. Les petits arrangements de Donald Trump avec la guerre du Vietnam

ETATS-UNIS Le candidat républicain affirme avoir échappé à la guerre du Vietnam grâce à un tirage au sort. Le New York Times révèle que c’est un peu plus compliqué que cela…

Pierre Fesnien

— 

Donald Trump lors d'un meeting le 2 août 2016, à Ashburn en Virginie.
Donald Trump lors d'un meeting le 2 août 2016, à Ashburn en Virginie. — Evan Vucci/AP/SIPA

On ne plaisante pas avec l’engagement militaire aux Etats-Unis. Donald Trump le sait, mais cela ne l’empêche pourtant pas de jouer avec le feu. Dernièrement, le candidat républicain à la présidence des Etats-Unis s’en est pris aux parents d’un soldat américain tué en Irak, ainsi qu’à John McCain, ancien candidat à la présidence et héros de la guerre du Vietnam.

Le Vietnam justement, Trump n'y est pas allé, et ses justifications ont souvent semblé assez floues. Depuis de nombreuses années, il explique avoir échappé à la conscription grâce aux loteries organisées de 1969 à 1973 par le gouvernement américain. En 2011, Donald Trump expliquait, lors d’un entretien télévisé à la chaîne Fox 5, « avoir tiré un numéro très élevé » lors de la loterie de 1969, ce qui lui aurait évité un départ pour le Vietnam.

Exemption médicale

Le New York Times révèle aujourd’hui que l’histoire est un peu plus compliquée que cela. « Le Donald », comme il est surnommé Outre-Atlantique, a été plusieurs  fois exempté parce qu’il suivait des études à l’université. Il termine son cursus en 1968. Cette année-là, son départ pour le Vietnam, avec 300.000 autres jeunes américains, semble inévitable.

>> A lire aussi : Melania Trump, une potentielle «First Lady» embarrassante

A tout juste 22 ans, Trump est en pleine santé. Grand gaillard de 1m87, il joue au football, au tennis, au squash et au golf. Le futur candidat républicain à la présidentielle se fait pourtant réformer pour raison médicale. Archives du bureau national de la conscription à l’appui, le New York Times explique que le jeune homme a été réformé 1-Y pour une excroissance osseuse au talon. Une exemption partielle (Trump aurait seulement pu être enrôlé en cas d’urgence nationale ou de déclaration de guerre officielle, ce qui n’est jamais arrivé) qui se transformera en 4-F en 1972, soit une exemption définitive.

Un mensonge par omission

Donald Trump n’a jamais réellement cherché à dissimuler cet épisode. Il mentionne d’ailleurs furtivement ce souci au pied dans une vidéo où il parle de la guerre du Vietnam. Il y a un mois il déclarait au New York Times qu’il s’agissait d’un problème de santé « mineur qui avait guéri avec le temps », avant d’ajouter avoir reçu « un certificat d'un médecin ». Un certificat que le New York Times a depuis demandé à consulter, sans jamais avoir de retour de la part de l’entourage du milliardaire.

>> A lire aussi : #CanYouHearUsNow: Plusieurs organisations musulmanes répondent à Donald Trump

Cette révélation remet en question l’histoire officielle de Trump quant à sa non participation à la guerre du Vietnam. S’il a échappé à la conscription, ce n’est pas grâce à la loterie, comme il l’affirme, mais plutôt à son exemption médicale. Les premières loteries de conscription ont eu lieu pour la première fois en 1969, soit quelques mois après l'exemption 1-Y du « Donald ». C’est en fait cette exemption qui lui a permis de se retrouver dans une position qui rendait la probabilité de son tirage au sort à la loterie quasi-nulle.

Donald Trump n’a jamais caché son opposition à la guerre du Vietnam et il n’est pas le seul homme politique américain à devoir se justifier sur son engagement militaire de l’époque. Avant lui, Bill Clinton, Joe Biden ou George W. Bush ont aussi eu affaire à des polémiques sur leurs états de service.