Etats-Unis: Lancé en 1990, l'avion furtif F-35A prêt pour le combat

DEFENSE Après de nombreux revers, Washington a annoncé que son programme d'armement, le plus cher de l'histoire, serait opérationnel à l'étranger d'ici à 2017...

20 Minutes avec AFP

— 

L'avion militaire F-35A à l'essai en février 2016.
L'avion militaire F-35A à l'essai en février 2016. — SIPANY / SIPA

Il va pouvoir décoller. L’armée de l’air américaine a déclaré, mardi, qu’un premier escadron de ses avions furtifs F-35A était prêt pour le combat. Une étape majeure très attendue pour ce programme plombé par de nombreux retards et des dépassements de coûts faramineux.

>> A lire aussi : VIDEO. Premières frappes américaines contre Daesh en Libye à la demande du gouvernement

L’escadron de douze appareils est basé à Hill Air Force Base, dans l’Utah (ouest) et la validation de ces avions pour le combat intervient après de nombreux tests et exercices d’entraînement.

« Le F-35A va être l’appareil le plus dominant dans notre inventaire parce qu’il peut aller dans des endroits où nos autres avions ne pouvaient pas et il offre à nos dirigeants toutes les possibilités requises sur le champ de bataille », a souligné le général Hawk Carlisle, qui dirige l’US Air Combat Command.

En opération à l’étranger d’ici à 2017

L’US Air Force n’a toutefois pas donné de calendrier précis pour les premières missions de combat de l’avion, mais il devrait être déployé sur le terrain à l’étranger d’ici au début d’année prochaine.

« Nous n’en sommes qu’au commencement, c’est une étape intermédiaire qui va nous mener jusqu’au point où les capacités de combat du F-35 seront pleinement exploitées », a ajouté le général Carlisle.

Les Marines avaient annoncé l’an dernier qu’un premier groupe de F-35B était prêt pour le combat, mais ils n’ont pas encore été utilisés sur le terrain.

Le programme d’armement le plus cher de l’histoire

Lancé au début des années 1990, le programme F-35 est le plus cher des programmes d’armement de l’histoire militaire, avec un coût estimé au total à près de 400 milliards de dollars (357 milliards d’euros) pour le Pentagone, pour à peine 2 500 appareils à produire par le constructeur Lockheed Martin.

L’avion, qui est une prouesse informatique avec 8 millions de lignes de code pour ses ordinateurs de bord, est censé être six fois plus efficace que les appareils actuels en combat aérien et en surveillance, et huit fois plus efficace en attaque au sol.

Mieux vaut ne pas peser plus de 62 kg…

Mais l’avion a subi plusieurs revers, dont un mystérieux feu de moteur en 2014 qui a conduit l’état-major à clouer tous les F-35 au sol en attendant de résoudre le problème.

D’autres problèmes ont aussi considérablement ralenti le programme, dont des soucis techniques, des bugs informatiques et même un système de siège éjectable qui risquait d’entraîner la mort des pilotes pesant plus de 62 kg…

Alerte sur le gaspillage financier

Le sénateur républicain John McCain, qui préside la commission des forces armées du Sénat, a salué l’annonce de l’armée de l’air tout en relevant que ce programme illustrait le gaspillage financier de l’armée.

« Tirant les leçons des défaillances de ce programme et de celles de tant d’autres, la commission des forces armées du Sénat continuera à faire pression pour réformer notre fastidieuse politique d’acquisition en matière de défense pour assurer que les dollars des contribuables sont dépensés efficacement », a-t-il relevé.

>> A lire aussi : Irak: Daesh affirme avoir abattu un avion américain, Washington dément

Trois versions du F-35 existent : le F-35A, utilisé par l’Air Force, décolle et atterrit normalement ; le F-35B, utilisé par le corps des Marines, peut décoller sur des pistes très courtes et atterrir verticalement ; enfin, le F-35C est destiné aux porte-avions de la Navy.