Melania Trump, une potentielle «First Lady» embarrassante

Etats-Unis Discours plagié, CV gonflé, photos dénudées, l’ex-mannequin les accumule mais Donald Trump s’en accommode…

Pierre Fesnien

— 

Donald Trump aux coté de sa femme, Melania, le 19 juillet 2016 lors de la convention républicaine.
Donald Trump aux coté de sa femme, Melania, le 19 juillet 2016 lors de la convention républicaine. — Reiri Kurihara/AP/SIPA

« Vous n’avez jamais vu une potentielle Première dame comme ça » titre le New York Post. Effectivement de mémoire d’Américain on n’a jamais vu cela. Le tabloïd new-yorkais a fait resurgir, dimanche, des photos dénudées de Melania Trump, la femme du candidat républicain à l’élection présidentielle, Donald Trump. Une nouvelle polémique qui écorche un peu plus l’image de l’ex-mannequin slovène.

>> A lire aussi : Etats-Unis: Sanders appelle à voter Clinton contre Trump le «démagogue»

Dans son édition du 31 juillet 2016, le New York Post publie en Une des photos de Melania Trump complètement nue. Des clichés réalisés en 1995 et parus pour la première fois dans le magazine français Max en janvier 1996, soit deux ans avant que la jeune femme ne rencontre le magnat de l’immobilier de 24 ans son ainé.

Comme si cela ne suffisait pas, le New York Post en a rajouté une couche ce lundi en publiant, toujours en Une, de nouvelles photos dénudées du mannequin en compagnie d’une autre femme. Des clichés parfaitement assumés par Donald Trump. « Melania était l’un des mannequins les plus célèbres et elle a fait beaucoup de séances photos, a-t-il expliqué au New York Post. En Europe, les photos de ce genre sont très à la mode et très courantes ».

Pas la première polémique

Ce n’est pas la première fois que Melania Trump est au centre d’une polémique. Le 18 juillet dernier, elle a largement plagié un discours de Michelle Obama lors de sa prise de parole à la convention républicaine. « C’était le pire plagiat possible, analyse Jean-Eric Branaa spécialiste des Etats-Unis et auteur de L’incroyable Donald Trump. Non seulement, elle a plagié son discours mais en plus elle a plagié le camp d’en face ».

Dernièrement son site web a également disparu d’internet. « Le site en question, créé en 2012, a été fermé car il ne reflète pas de manière adéquate mes affaires et intérêts professionnels actuels », a dû tweeter Melania Trump. En réalité, il s’agissait surtout de faire disparaître sa biographie, dans laquelle, la potentielle future Première dame avait allégrement gonflé son CV en affirmant qu’elle était titulaire d’un diplôme d’architecture, qu’elle n’aurait, d’après le New York Times, jamais obtenu puisqu’elle a rapidement abandonné les cours pour se consacrer à sa carrière de mannequin.

Rien n’atteint Trump

Pourtant, les maladresses de sa femme ne semblent, pour l’instant, pas atteindre le moins du monde le candidat républicain. « Les Américains imaginent bien voir Donald Trump Président mais paradoxalement, ils ne projettent pas sur Melania l’image d’une Première dame potentielle, commente Jean-Eric Branaa. Ils ne s’en préoccupent pas du tout. Pour un pays aussi prude, c’est très bizarre mais l’on constate que rien n’atteint Trump, pas même des photos de sa femme nue alors que beaucoup d’autres ont vu leur carrière politique réduite à néant pour moins que ça. »

>> A lire aussi : Etats-Unis: Le demi-frère d'Obama votera pour Trump à la présidentielle

Malgré ces quelques casseroles Melania Trump est restée jusqu’ici plutôt discrète dans la campagne de son mari. Elle qui, il y a encore quelques moi tweetait de nombreuses photos de sa vie de rêve faite de luxe, de voyages et de virées shopping, s’exprime désormais très rarement sur le réseau social depuis que Donald Trump s’est déclaré candidat à la fonction suprême. « Finalement, celle qui tient officieusement le rôle de "First Lady", c’est sa fille Ivanka, résume Jean-Eric Branaa. Elle est beaucoup plus mise en avant que Melania, c’est d’ailleurs elle qui a fait le discours de présentation de son père à la convention républicaine ».

Les Américains auront donc le choix entre Hillary Clinton et son « First Gentleman », Bill, et Donald Trump et ses deux « First Ladies », Melania et Ivanka.