Attentat suicide en Allemagne: Le réfugié syrien «directement influencé» par une autre personne

TERRORISME L’exploitation de son téléphone portable a permis d’établir qu’il a eu une « discussion intense » avec une personne indéterminée…

20 Minutes avec AFP

— 

Zone bouclée par la police à proximité de l'endroit où le jeune réfugié syrien s'est fait exploser.
Zone bouclée par la police à proximité de l'endroit où le jeune réfugié syrien s'est fait exploser. — Hakima Bounemoura

Trois jours après l’attentat suicide qui a secoué la petite ville bavaroise d’Ansbach  en  Allemagne, l’enquête se poursuit. Le Syrien qui s’est fait exploser dimanche soir a été « directement influencé » par une autre personne, ont indiqué ce mercredi les autorités locales.

« Il y a eu visiblement un contact direct avec quelqu’un, qui a eu une influence déterminante sur la réalisation de cet attentat », a déclaré le ministre de l’Intérieur bavarois, Joachim Herrmann.

Le suspect suicidaire après la mort de sa femme et de son fils

L’exploitation de son téléphone portable, dans lequel a été retrouvée une vidéo le montrant prêtant allégeance à l’Etat islamique, a permis d’établir qu’il a eu une « discussion intense » avec une personne indéterminée, qui s’est achevée « directement avant l’attentat », a poursuivi Joachim Herrmann, en marge d’une réunion du gouvernement bavarois à Gmund am Tegernsee. Il n’a en revanche pas précisé si ce contact avait eu lieu avec un membre de l’EI, ni combien de temps il avait duré.

>> A lire aussi : Après les attaques de Daesh, la méfiance grandit envers les réfugiés

L’administration allemande a confirmé par ailleurs l’existence d’une expertise psychologique dans laquelle le jeune homme fait part de son désir de « suicide spectaculaire », notamment après la mort de sa femme et de leur fils de six mois. Ce rapport a été révélé par le quotidien Bild.

Résidant dans un foyer à Ansbach, il avait tenté par deux fois dans le passé de mettre fin à ses jours, et séjourné dans une clinique psychiatrique. Selon ce rapport, le Syrien avait « un esprit extrême », et n’avait plus rien à perdre après la mort de sa famille.