Allemagne: Après les attaques de Daesh, la méfiance grandit envers les réfugiés

REPORTAGE Les récentes attaques commises par des migrants font désormais planer un sentiment d’insécurité au sein de la population allemande…

Hakima Bounemoura

— 

A la Bayern Kaserne, le plus grand centre de réfugiés de Bavière, situé au nord de Munich.
A la Bayern Kaserne, le plus grand centre de réfugiés de Bavière, situé au nord de Munich. — Hakima Bounemoura

De notre envoyée spéciale à Munich (Bavière),

Les Allemands sont inquiets, et de plus en plus méfiants. En moins d’une semaine, le pays a été victime de trois attaques commises par des réfugiés, dont deux officiellement revendiquées par Daesh. Des voix s’élèvent désormais pour réclamer un durcissement du contrôle des migrants. En Bavière, région du sud de l’Allemagne prise pour cible par l’Etat islamique et porte d’entrée des réfugiés dans le pays, les langues commencent à se délier. Certains s’opposent ouvertement à la politique d’accueil des migrants. Un sentiment d’hostilité ressenti par certains réfugiés ces derniers jours.

A la Bayern Kaserne, le plus grand centre d’accueil de Bavière installé au nord de Munich, le quotidien de ces expatriés n’a pas changé. Les allées et venues des demandeurs d’asile continuent de rythmer la vie du camp. Mais beaucoup se disent inquiets des répercussions après les récents événements.

Les allées et venues des migrants à la Bayern Kaserne à Munich.
Les allées et venues des migrants à la Bayern Kaserne à Munich. - H.B.

« Des regards suspicieux »

Divisée en plusieurs blocs, dont certains sont réservés aux femmes seules et aux familles, cette ancienne caserne militaire a été transformée en « mini-village ». Toutes les nationalités s’y croisent. « Les Syriens et les Afghans sont toutefois majoritaires », précise Mohamed Seydi, un Sénégalais en provenance de Lampedusa, qui a posé ses bagages au camp il y a deux mois. « Ce qu’il se passe en ce moment en Allemagne est terrible, ça jette l’opprobre sur tous les immigrés », déclare le jeune homme qui redoute désormais un durcissement des contrôles.

>> A lire aussi : La politique d'accueil des migrants de Merkel de plus en plus contestée

Après les récents événements, les réfugiés craignent un durcissement des contrôles.
Après les récents événements, les réfugiés craignent un durcissement des contrôles. - H.B.

Sorti faire ses courses à vélo, Amad, un Syrien de 34 ans, a noté un changement dans le regard des gens ces derniers jours. « Ils sont suspicieux, vous dévisagent de la tête au pied », explique-t-il. « Et il regarde votre sac à dos, comme si j’y avais planqué une bombe », lâche ironiquement le jeune réfugié. « On n’y peut pas grand-chose, il faut attendre que ça passe ».

« L’Allemagne restera ouverte aux réfugiés »

La plupart des Bavarois défendent toutefois la politique d’accueil de la chancelière Angela Merkel. Ingrid, une bénévole en charge du point d’entraide de la Bayern Kaserne, est plutôt optimiste. « Je suis sûre que les Munichois, les Bavarois et d’une manière générale les Allemands garderont leur porte ouverte aux réfugiés ».

Ingrid, bénévole à la Bayern Kaserne.
Ingrid, bénévole à la Bayern Kaserne. - H.B.

 

>> A lire aussi : L’Allemagne veut former des réfugiés pour reconstruire la Syrie

Après l’attentat-suicide d’Ansbach, le gouvernement a appelé à éviter les amalgames avec l’ensemble des migrants. « Nous ne devons pas porter de soupçon généralisé contre les réfugiés, même s’il y a des procédures qui sont engagées dans des cas isolés », a affirmé lundi le ministre de l’Intérieur Thomas de Maizière.

L’Allemagne, qui a accueilli plus d’un million de migrants en 2015, a jusqu’ici ouvert grand ses portes aux réfugiés, notamment syriens. Plus de 90 % obtiennent l’autorisation de rester et jusqu’à récemment, ils n’avaient pas à passer d’entretien avec l’administration.