Allemagne: Le ministre de l'Intérieur veut éviter le «soupçon généralisé» contre les réfugiés

ALLEMAGNE Les dernières attaques en Allemagne mettent la pression sur la politique d’accueil d’Angela Merkel…

20 Minutes avec AFP

— 

Le ministre allemand de l'Intérieur Thomas de Maiziere à son arrivée le 9 novembre 2015 à Bruxelles
Le ministre allemand de l'Intérieur Thomas de Maiziere à son arrivée le 9 novembre 2015 à Bruxelles — EMMANUEL DUNAND AFP

Le ministre allemand de l’Intérieur a tenu à éviter les amalgames à l’encontre des réfugiés après quatre les attentats ou agressions survenus des derniers jours dans le pays, et perpétrés notamment par des demandeurs d’asile. « Nous ne devons pas porter de soupçon généralisé contre les réfugiés, même s’il y a des procédures qui sont engagées dans des cas isolés » contre eux, a déclaré ce lundi Thomas de Maizière au groupe de presse Funke.

>> A lire aussi : Fusillade à Munich: La politique d'accueil des migrants de Merkel de plus en plus contestée

Trois demandeurs d’asile en cause

Le Syrien de 27 ans tué dans l’explosion de la bombe qu’il portait dimanche soir près d’un festival de musique à Ansbach, probablement lors d’un attentat-suicide selon les autorités locales, était un demandeur d’asile dont la demande avait été rejetée il y a un an. Il était en instance d’expulsion vers la Bulgarie, selon Berlin.

Il y a tout juste une semaine, un autre demandeur d’asile, se présentant comme afghan, a blessé plusieurs passagers d’un train, ainsi qu’une passante, à coup de hache et de couteau à Wurtzbourg, un acte qu’il a dit avoir commis au nom du groupe jihadiste Etat islamique.

Enfin dimanche, un demandeur d’asile syrien de 21 ans a tué une femme de 45 ans d’un coup de machette à la tête, cette fois lors d’une crise de rage pour une affaire passionnelle selon la police.

Le gouvernement veut baisser l’afflux de réfugiés

Thomas de Maizière a tenu à rappeler que 59 procédures pour soupçon d’appartenance à des organisations terroristes étaient actuellement en cours concernant des réfugiés en Allemagne, « et cela par rapport à plusieurs centaines de milliers de gens nouvellement arrivés ».

La porte-parole ajointe du gouvernement allemand, Ulrike Demmer, a indiqué pour sa part que le risque criminel représenté par les réfugiés dans le pays n’était proportionnellement « pas plus grand que dans le reste de la population ».

Le ministre de l’Intérieur a toutefois plaidé pour des vérifications des services de sécurité renforcées avant l’entrée des migrants dans le pays. Et il a souligné les efforts de Berlin pour ramener le nombre des migrants qui arrivent en Allemagne « à un niveau bas et soutenable ». Un nombre record d’un million y étaient arrivés l’an dernier, fuyant notamment la guerre en Syrie.