Le Who's Who de la convention démocrate américaine

Etats-Unis Vous vous y perdez entre Hillary Clinton, Bernie Sanders et les scandales qui agitent la convention démocrate ? On vous aide à y voir plus clair…

P.F.

— 

La convention démocrate se tiendra du 25 au 28 juillet.
La convention démocrate se tiendra du 25 au 28 juillet. — Ted S. Warren/AP/SIPA

La convention démocrate chargée d'investir Hillary Clinton candidate à l'élection présidentielle débute ce lundi et se terminera jeudi 28 juillet à Philadelphie. L'occasion de revenir sur les personnages qui marqueront quatre jours de débats qui s'annoncent agités. 

Hillary Clinton

Hillary Clinton, le 23 juillet 2016.

La convention démocrate doit marquer le triomphe d’Hillary Clinton à l’investiture pour l’élection présidentielle. Finalement l’intronisation annoncée de l’ancienne secrétaire d’Etat de Barack Obama risque d’être un peu plus douloureuse que prévue. Alors que la convention était censée marquer l’unité du parti démocrate, le site Wikileaks a révélé que les comptes email de sept responsables du parti, dont ceux de ses directeurs de communication et financiers, avaient été piratés. Des échanges électroniques très souvent méprisants à l’égard de Bernie sanders, ce qui a provoqué la colère de ses partisans.

>> A lire aussi : Présidentielle américaine: Bernie Sanders soutient Hillary Clinton face à Donald Trump

Bernie Sanders

Bernie Sanders le 24 juin 2016.

Il est le grand perdant de la course à l’investiture pour la présidentielle, mais c’est pourtant bien sur lui que risquent d’être braqués les projecteurs durant ces quatre jours. Le sénateur indépendant du Vermont montera à la tribune pour « faire battre Donal Trump, et faire élire Hillary », comme il n’a de cesse de le marteler. Malgré cela, Sanders a continué de dénoncer le parti pris du Parti Démocrate en faveur d’Hillary Clinton lors des primaires, un parti pris semble-t-il corroboré par le scandale des emails piratés. Pas vraiment de quoi ramener l’unité au sein des Démocrates.

Debbie Wasserman Schulz

Debbie Wasserman Schultz le 23 juillet 2016.

Elle est le fusible de cette convention démocrate. Dans un email  révélé par Wikileaks, Debbie Wasserman Schultz traite un proche de Bernie Sanders de « maudit menteur ». Déjà sur la sellette, la présidente du Parti Démocrate n’a pas résisté à la controverse et a annoncé qu'elle démissionnerait à l’issue de la convention, poussée dehors pour acheter la paix auprès des militants pro-Sanders. Elle s’exprimera toutefois en ouverture de la convention ce lundi soir. L’ambiance risque d’être houleuse.

Tim Kaine

Tim Kaine le 23 juillet 2016.

Choisi comme colistier par Hillary Clinton pour l’élection présidentielle, le sénateur de la Virginie devrait se montrer assez discret lors de la convention démocrate. Pour le moment le nom de Tim Kaine n’apparaît même pas au programme de la convention. Peut-être aussi  parce que Bernie Sanders était contre le choix de Kaine et aurait préféré voir Hillary Clinton désigner un colistier plus progressiste comme Elizabeth Warren, la sénatrice du Massachusetts.

>> A lire aussi : Etats-Unis: Hillary Clinton vante son «ticket» présidentiel anti-Trump avec son colistier Tim Kaine

Bill et Chelsea Clinton

Bill et Chelsea Clinton le 31 janvier 2016.

Le mari et la fille d’Hillary monteront à la tribune au cours de la convention pour défendre la candidate démocrate. Chelsea sera même la dernière personne à prendre la parole avant sa mère jeudi 28 juillet, preuve de son importance au sein de la campagne d’Hillary. Un autre président américain, Barack Obama, et sa femme, Michelle, viendront également s’exprimer à Philadelphie pour soutenir celle qui fut Première dame de 1993 à 2001.