Arabie Saoudite: Une nouvelle exécution dans le nord du royaume

MOYEN-ORIENT En 2015, 153 personnes avaient été condamnées à mort, un chiffre qui pourrait être dépassé selon Amnesty International...

20 Minutes avec AFP

— 

La Mosquée du prophète dans la ville sainte de Médine en Arabie saoudite, en décembre 2008.
La Mosquée du prophète dans la ville sainte de Médine en Arabie saoudite, en décembre 2008. — KHALED DESOUKI / AFP

Nouvelle exécution en Arabie Saoudite. Un Saoudien, condamné pour meurtre, a été mis à mort lundi dans le nord du royaume, a annoncé le ministère saoudien de l'Intérieur. Fahd al-Ichane a été reconnu coupable d'avoir poignardé à mort un autre Saoudien, lors d'une dispute, a précisé le ministère dans un communiqué cité par l'agence officielle SPA.

>> A lire aussi : Dix ans de prison et 2.000 coups de fouets pour un homme athée

Le 2 janvier, 47 personnes exécutées en une seule journée

Cette exécution porte à 106 le nombre de personnes mises à mort en 2016 en Arabie saoudite, un royaume régi par une interprétation rigoriste de la loi islamique, depuis le début de l'année, selon un décompte de l'AFP.

L'organisation de défense des droits de l'Homme Amnesty International s'alarme depuis plusieurs mois du nombre croissant d'exécutions et a demandé vendredi à Ryad «d'imposer immédiatement un moratoire sur les exécutions et d'abolir la peine de mort une fois pour toutes».

Le 2 janvier, 47 personnes avaient été exécutées en une seule journée pour «terrorisme», notamment le dignitaire et opposant chiite saoudien Nimr al-Nimr, dont la mise à mort a provoqué une crise avec l'Iran.

Un record d'exécutions en vue

En 2015, 153 personnes avaient été exécutées en Arabie saoudite, un niveau inégalé depuis 20 ans, selon un décompte de l'AFP. «A ce rythme, les bourreaux du royaume vont rapidement atteindre et même dépasser» ce chiffre cette année, déplore Amnesty International.

Les autorités invoquent la dissuasion pour justifier la peine de mort, appliquée dans des affaires de terrorisme, de meurtre, de viol, de vol à main armée et de trafic de drogue. L'Arabie est le troisième pays qui exécute le plus après l'Iran et le Pakistan, selon un classement établi par Amnesty qui n'inclut pas la Chine dont nombre d'exécutions ne sont pas rendues publiques.