Fusillade à Munich: David Ali Sonboly, un jeune fasciné par les tueries de masse

ALLEMAGNE D’après les déclarations de son entourage et les premiers éléments recueillis par les enquêteurs, l’auteur de la tuerie était un ado tourmenté, subjugué par la violence…

Hakima Bounemoura

— 

Le tireur de Munich était notamment fasciné par Anders Breivik.
Le tireur de Munich était notamment fasciné par Anders Breivik. — H.B.

Le 22 juillet. La date choisie pour perpétrer l’attaque de Munich n’a rien du hasard. David Ali Sonboly a tué neuf personnes, cinq ans jour pour jour après la tuerie commise en Norvège par Anders Behring Breivik. Le jeune germano-iranien était fasciné par l’auteur du massacre d’Utoya, et obsédé par les tueries de masse. Les enquêteurs ont d’ailleurs retrouvé dans sa chambre de nombreux documents qui l’atteste. La police estime également qu’il s’est inspiré du tueur de Winnenden près de Stuttgart, un ado de 17 ans qui avait tué 15 personnes dans son ancien collège en 2009, avant de se suicider.

Beaucoup se demandent aujourd’hui quels sont les éléments qui ont poussé David Ali Sonboly, que certains de ses voisins nous ont décrit « comme réservé et calme », à passer à l’acte ?

  • Des problèmes psychologiques

D’après les documents médicaux retrouvés dans sa chambre, l’étudiant de 18 ans souffrait d’une « phobie sociale », une forme de dépression, « ce qui signifie qu’il était atteint d’anxiété en présence d’autres personnes », a précisé le procureur de Munich. Ce que confirme l’un de ses voisins, croisé ce dimanche à Maxvorstadt, le quartier où résidait le jeune homme.

>> A lire aussi : A Maxvorstadt, où résidait David Ali Sonboly, c'est l'incompréhension

Ses problèmes psychologiques l’auraient conduit à un séjour de deux mois dans une unité psychiatrique en 2015, avant qu’il n’entame un traitement ambulatoire. Mais les enquêteurs pensent qu’il a très rapidement arrêté de prendre ses médicaments.

  • Un fan de jeux vidéos violents

Comme beaucoup d’ados tueurs qui se sont illustrés ces dernières années aux Etats-Unis, David Ali Sonoby était un fan de jeux vidéos. « C’était un amateur de jeux violents », ont confirmé plusieurs de ses camarades. Un élément qui selon le ministre de l’Intérieur Thomas de Maizière, a « joué un rôle » dans cette affaire.

  • Des persécutions à l’école

Ali David Sonboly se disait victime de « harcèlement » de la part d’autres jeunes de son âge. D’après le journal Bild, le jeune étudiant aurait voulu se venger car il se disait maltraité à l’école par des camarades d’origine turque. Interrogé par la chaîne de télévision britannique ITV, l’un de ses copains de classe affirme « qu’il était souvent seul et peu apprécié dans l’école ».

>> A lire aussi : Les tueries de masses les plus meurtrières du 21e siècle

Toutefois, pour le psychologue américain Peter Langman, dont l’un des livres « Why Kids Kill » (« Pourquoi les jeunes tuent ») traduit en allemand a été retrouvé dans la chambre de Sonboly, ces harcèlements ne justifient pas le passage à l’acte. « Le harcèlement est moins significatif que les gens veulent bien le croire. Dans mes recherches, ce n’est pas le facteur central qui est souvent imaginé », a confié le psychologue à l’Associated Press, précisant qu’il plaidait plutôt pour « la combinaison de facteurs multiples ».