Avec Tim Kaine comme colistier, Hillary Clinton ne prend pas de risque

ETATS-UNIS Le sénateur de Virginie a un CV bien rempli et fait plutôt consensus...

P.B.

— 

La candidate démocrate Hillary Clinton et le sénateur démocrate de Virginie Tim Kaine, le 14 juillet 2016 à Annandale (Virginie)
La candidate démocrate Hillary Clinton et le sénateur démocrate de Virginie Tim Kaine, le 14 juillet 2016 à Annandale (Virginie) — SAUL LOEB AFP

Face à Donald Trump, Hillary Clinton avait deux options : prendre un risque, avec un colistier très à gauche comme Elizabeth Warren, pour mobiliser la base ; ou opter pour une assurance tous risques, pour défendre le centre. Elle a finalement choisi la seconde solution, avec Tim Kaine.

Le sénateur de Virginie, âgé de 58 ans, le dit-lui même : il est « boring » (ennuyeux). C’est un travailleur besogneux, qui cherche le compromis et ne fait jamais de gaffe. Par ce choix, Clinton estime qu’elle est favorite face à Donald Trump et qu’elle n’a pas à tenter un coup de poker. Par son sérieux, Kaine sera un atout pour un ticket démocrate qui veut projeter une image d’expérience et de calme alors que Trump mise sur le chaos et l’insécurité pour séduire des électeurs apeurés.

Un catholique centriste

A Washington, Tim Kaine a beaucoup d’amis. « J’essaie de me remémorer en quoi je déteste Tim Kaine. Rien à redire », a notamment tweeté le sénateur pourtant républicain de l’Arizona, Jeff Flake.

Tim Kaine, qui n’a jamais perdu une élection, apporte plusieurs points forts au ticket : il a été gouverneur et sénateur, il siège à de nombreux comités du Congrès (défense et politique étrangère, notamment), et il peut apporter la Virginie, un swing state, sur un plateau. Son principal défaut, c’est qu’il ne va pas ravir la gauche du parti qui a voté Bernie Sanders, surtout pour ses positions plutôt centristes sur Wall Street. Ce catholique est également opposé à l’avortement par conviction personnelle mais il est pro-voice.

Désormais, les équipes sont complètes. Trump-Pence d’un côté, contre Clinton-Kaine. Verdict le 8 novembre.