Convention de Cleveland: Donald Trump est le candidat officiel du parti républicain

ETATS-UNIS Sans surprise, il a largement dépassé la majorité absolue....

Philippe Berry
— 
Donald Trump (ici le 18 juillet) a été désigné candidat du parti républicain le 19 juillet 2016.
Donald Trump (ici le 18 juillet) a été désigné candidat du parti républicain le 19 juillet 2016. — E.VUCCI/AP/SIPA

Il a fait mentir tous les pronostics. Sans aucune expérience politique, sans aucun soutien majeur, politique ou financier, Donald Trump est rentré dans l’histoire américaine en devenant le candidat officiel du parti républicain à l’élection présidentielle, mardi. « C’est un grand honneur. Je ne vous laisserai pas tomber. L’Amérique d’abord ! », s’est félicité le candidat sur Twitter. Il acceptera officiellement la nomination jeudi soir, lors du discours de clôture.

Au total, Trump a obtenu le soutien de 1.725 délégués, largement plus que la majorité absolue (1.237). Ted Cruz finit loin derrière, avec 475 voix et John Kasich complète le podium (120). Le mouvement « Never Trump », dont la rébellion a été matée dans le chaos lundi, n’a rien pu faire. Le verdict des urnes de la primaire a été respecté. Et le choix de son colistier Mike Pence a été confirmé par acclamation.

>> Retrouvez tous nos articles sur la convention de Cleveland ici

Un par un, les 50 Etats et quelques territoires ont annoncé leur vote. Tous ont appelé Donald Trump « le prochain président des Etats-Unis ». Reste encore à battre Hillary Clint, qui devrait être confirmée lors de la convention démocrate de Philadelphie, la semaine prochaine.

2,7 % d’écart avec Clinton

A l’heure actuelle, la démocrate ne compte plus que 2,7 % d’avance sur le candidat républicain. Elle conserve cependant un net avantage sur la carte du collège électorale, avec davantage d’Etats sécurisés. Selon le modèle du New York Times, elle a 76 % de chance de s’imposer.

Malgré tout, l’écart s’est resserré. Dans le climat anxiogène actuel, face à la menace terroriste et aux tensions raciales entre la communauté noire et la police, Donald Trump se présente comme le candidat « Law & Order », de la loi et de l’ordre. Selon le statisticien Nate Silver, « l’avance de Clinton est aussi solide que celle de John Kerry en 2004 ». On sait comment l’histoire s’est terminée.