Attentat à la hache en Allemagne: L'ombre de Daesh et de nombreux doutes

TERRORISME Quelques jours après l’attaque au camion à Nice, Daesh revendique l’agression à la hache de l’un de ses « combattants » sur le sol allemand et diffuse une vidéo de l'auteur proférant des menaces...

J.V avec AFP

— 

L'enquête doit déterminer si l'agresseur à la hache a connu une radicalisation "express"...
L'enquête doit déterminer si l'agresseur à la hache a connu une radicalisation "express"... — DANIEL ROLAND / AFP

L’Allemagne dans l’œil de Daesh. Epargné jusqu’à présent par les attaques revendiquées par l’organisation terroriste,le pays a été frappé par une effroyable agression, lundi soir. Un homme a blessé plusieurs passagers dans un train reliant les villes de Treuchtlingen et Würzburg, en Bavière (sud).

Le groupe Etat islamique (EI) a diffusé ce mardi une vidéo montrant l’auteur de l’attaque annonçant qu’il allait mener cette agression et proférant des menaces contre les pays « infidèles ». Dans cette vidéo sous-titrée en arabe diffusée sur Amaq, l’agence de presse liée à l’EI, le jeune Afghan, présenté sous le nom de « Muhammad Riyad », apparaît avec un couteau à la main, annonçant en langue pachto qu’il allait mener une « opération » en Allemagne et se présentant comme un « soldat du califat ».

Que s’est-il passé dans le train ?

Lundi vers 21h15, un homme a blessé plusieurs passagers avec une hache et un couteau, selon plusieurs médias allemands. Les quatre personnes blessées, dont deux se trouvent actuellement entre la vie et la mort, sont originaires de Hong Kong, selon les autorités chinoises. Au total, cinq membres d’une même famille ont été attaqués. Ont-ils été visés spécifiquement ? Les autorités ne le pensent pas. « Cette famille s'est trouvée par hasard en premier sur son chemin, il ne semble pas qu'elle ait été attaquée spécifiquement », selon le ministre de l’Intérieur de Bavière, Joachim Herrmann. La police a abattu l’agresseur alors qu’il tentait de s’enfuir.

Un riverain, qui a pu monter à bord du train, a décrit une « scène de boucherie » à l’intérieur du wagon, selon l’agence de presse DPA. La voiture du train portait des traces de sang et des pansements abandonnés sur place par les équipes de secours.

Quel est le profil de l’agresseur ?

L’homme, muni d’une hache et abattu par la police, est un demandeur d’asile afghan de 17 ans. Il était arrivé en Allemagne seul, sans famille, il y a deux ans, a indiqué Joachim Hermann. Il vivait dans la localité d’Ochsenfurt, voisine de l’endroit où se sont déroulés les faits, et n’était pas connu des services de renseignements.

Lors de l’attaque dans le train reliant les villes de Treucthlingen et Würzburg, en Bavière, l’homme aurait crié « Allah Akbar » (Dieu est grand) à plusieurs reprises, rapporte la chaîne de télévision publique ZDF. Un drapeau de l’organisation de l’Etat islamique a été retrouvé dans sa chambre, a précisé pour sa part Joachim Herrmann.

Une attaque revendiquée par Daesh

Le groupe Etat islamique (EI) revendique ce mardi cette attaque à la hache, une première en Allemagne, pays jusqu’ici épargné par les attentats islamistes de grande ampleur.

L’organisation a qualifié le jeune demandeur d’asile de 17 ans comme étant l’un de ses « combattants », selon l’agence de presse Amaq liée à l’EI. « Il a mené cette opération en réponse aux appels à viser les pays de la coalition (dirigée par Washington) qui combat l’EI » en Syrie et en Irak, a précisé Amaq.

L’attaque à la hache revendiquée par l’EI, une première en Allemagne

Une radicalisation express ?

A l’instar de l’attaque perpétrée à Nice le 14 juillet, l’attaque à la hache revendiquée par Daesh est l’acte d’un homme isolé. Pour l’heure, l’enquête doit encore déterminer si ce jeune demandeur d’asile appartenait - ou non - à la mouvance islamiste ou s’il s’est « radicalisé tout seul très récemment ».

Cependant, les autorités allemandes ont affirmé mardi n’avoir à ce stade « aucun indice » montrant que le jeune Afghan auteur d’une attaque à la hache dans un train était connecté avec l’organisation Etat islamique (EI), bien que cette dernière ait revendiqué l’attentat.

« En l’état actuel de l’enquête, aucun indice sur les lieux n’a été trouvé qui établirait une connexion entre ce jeune homme et des réseaux islamistes », a souligné Joachim Herrmann, lors de la conférence de presse tenue ce mardi à Munich.

Après la France et la Belgique, l’Allemagne…

L’Allemagne n’a jusqu’à présent pas été touchée par une attaque djihadiste de grande ampleur, contrairement à ses voisins français et belge, mais les autorités ont, à de nombreuses reprises, fait savoir qu’elle pouvait être une cible.

Jusqu’à présent, seules des agressions isolées liées au djihadisme ont eu lieu. Une attaque au couteau a été perpétrée contre un policier par une adolescente de 15 ans en février à la gare de Hanovre (nord). L’enquête a démontré depuis la motivation islamiste de cette jeune fille.

En septembre 2015, un Irakien de 41 ans en liberté conditionnelle après avoir purgé une peine pour appartenance à une organisation « terroriste », a été tué par la police après avoir blessé au couteau une policière à Berlin. Et en août 2015, deux combattants germanophones revendiquant leur appartenance à l’EI avaient pour leur part menacé dans une vidéo l’Allemagne et la chancelière Angela Merkel.