VIDEO. Convention républicaine: Melania Trump humanise son mari... en plagiant Michelle Obama

ETATS-UNIS Celle qui pourrait devenir la prochaine First Lady jure que Donald Trump est «loyal et fidèle»...

Philippe Berry
— 
Donald et Melania Trump à la convention républicaine de Cleveland, le 19 juillet 2016.
Donald et Melania Trump à la convention républicaine de Cleveland, le 19 juillet 2016. — E.VUCCI/AP/SIPA

De notre envoyé spécial à Cleveland,

C’était son grand soir. Alors qu’elle est jusque-là restée hors de la lumière des projecteurs, Melania Trump a fait ses débuts lors de la première soirée de la convention républicaine de Cleveland, lundi. Et si elle s’en est globalement bien sortie, parlant surtout de Trump le mari et Trump le père, Twitter se délectait de l’apparent plagiat de deux paragraphes complets du discours de Michelle Obama de 2008.

Dans ce passage, l’ancienne top model, mariée à Donald Trump depuis 11 ans, parle des valeurs que lui ont inculquées ses parents : « Qu’il faut travailler dur dans la vie pour ce que tu veux et traiter les autres avec respect. » Avec son mari, ils veulent « passer ces valeurs aux générations futures pour qu’elles sachent que les seules limites à leurs accomplissements sont la force de leurs rêves et leur volonté de travailler pour les réaliser ».

Jusqu’ici, rien d’extraordinaire. Un professeur d’école de journalisme jugerait même qu’on est dans le cliché un peu niais. Mais le blogueur américain Jared Hill s’est rendu compte que Michelle Obama avait tenu les mêmes propos, presque mot pour mot, en 2008. Le verdict d’un logiciel de plagiat est implacable : sur ces deux paragraphes, le speech writer de Melania Trump a emprunté 44 % des 108 mots de Michelle Obama. Et pour le reste, il n’y a que quelques variations mineures. Lundi soir, l’équipe de Donald Trump n’avait pas encore réagi pour expliquer ce mystère. En vidéo, c’est saisissant.

« Donald est prêt à diriger le pays »

Pour le reste, elle a chanté les louanges de son mari, « un incroyable leader », qui est « prêt à diriger le pays » pour être le président « de tous les Américains ». « Il n’abandonnera jamais, et plus important, il ne vous laissera jamais tomber. Il a toujours été fidèle avec sa famille, ses amis et ses employés. Il le sera pour le pays, c’est un patriote ». Personne n'a semblé remarquer son lapsus quand elle a dit que son mari pousserait pour «plus de corporations entre les peuples et les nations» au lieu de «plus de coopération».

D’origine slovène, Melania Trump, née Knavs, a raconté son histoire d’immigrante venue d’un pays « communiste », elle a souligné l’importance de « défendre les libertés ». Et si elle a « le privilège » de devenir Première dame, elle compte s’intéresser à ceux qui en ont « le plus besoin », notamment « les femmes et les enfants ». Et cette tirade, elle ne l’a pas piquée à Michelle Obama.