Convention républicaine: Donald Trump écrase la rébellion dans le chaos

ETATS-UNIS Les forces anti-Trump n'ont pas réussi à obtenir un vote crucial, ouvrant la voie à une confirmation du candidat...

Philippe Berry
— 
Diana Shores, une déléguée républicaine de Virginie, a tenté, sans succès, d'obtenir un vote pour bloquer Donald Trump, le 18 juillet 2016.
Diana Shores, une déléguée républicaine de Virginie, a tenté, sans succès, d'obtenir un vote pour bloquer Donald Trump, le 18 juillet 2016. — SIPANY/SIPA

De notre envoyé spécial à Cleveland,

C’était l’action de la dernière chance. Au premier jour de la convention républicaine de Cleveland, lundi, des délégués anti-Trump ont tenté de barrer la route au candidat républicain. Mais si la résistance a réussi à provoquer le chaos dans la salle du Quicken Loan Arena, l’Empire a finalement écrasé la rébellion.

Le mouvement « Never Trump » a présenté une motion pour demander un vote des 2.472 délégués afin de tenter de rejeter les règles adoptées en comité la semaine dernière. Cela leur aurait permis, en cas de majorité, de laisser chaque délégué voter pour le candidat de leur choix, sans devoir suivre le verdict des urnes.

Pour provoquer un vote, la motion devait être signée par les délégations de sept Etats. Les anti-Trump en ont convaincu neuf. Mais une courte interruption, en pleine cacophonie, a permis au parti républicain de sortir le fouet. Finalement, trois délégations se sont désistées. Du coup, il n’y a eu qu’un vote par acclamation, et les pro-Trump ont gagné, entonnant des « USA, USA ».

Dépités, certains délégués ont claqué la porte. Mais désormais, Trump, qui a obtenu plus de 1.500 délégués, est assuré de franchir le cap de la majorité absolue (1.237).