Fusillade à Baton Rouge: Ex-marine, le tueur de policiers voulait empêcher «l'extinction» des Noirs

ETATS-UNIS Identifié comme Gavin Long, un homme a tué trois officiers de police en Louisiane avant d'être abattu, dimanche...

P.B.

— 

Le tireur présumé de Baton Rouge a été identifié comme Gavin Long (ici dans une vidéo YouTube).
Le tireur présumé de Baton Rouge a été identifié comme Gavin Long (ici dans une vidéo YouTube). — YOUTUBE

C’est la seconde attaque en quelques jours contre les forces de l’ordre. Dimanche, un homme a tué trois policiers à Baton Rouge, en Louisiane, avant d’être abattu. Une fois de plus, Barack Obama a dénoncé « un acte de haine ». L’auteur présumé a été identifié par plusieurs médias américains comme Gavin Long. Comme Micah Johnson, qui a tué cinq policiers à Dallas, la semaine dernière, Long était un ancien soldat afro-américain motivé, semble-t-il, par les morts récentes de deux Noirs tués par la police à Baton Rouge et dans le Minnesota.

Le tireur présumé fêtait ses 29 ans ce dimanche. Au cours de sa carrière de cinq ans dans les Marines, il avait atteint le grade de sergent et avait notamment servi en Irak avant de recevoir une libération honorable en 2010, selon NBC.

« Affilié à personne »

Reconverti en coach personnel, il était très actif en ligne sous le pseudo Cosmo Setepenra, notamment sur le site « Convos with Cosmo ». Sur Amazon, il avait auto-publié plusieurs textes sur le fitness et il se décrivait comme un « mâle alpha ».

Mais c’est surtout sur YouTube et Twitter qu’il dénonçait, parfois dans de longues vidéos incohérentes, les abus des policiers américains contre la communauté noire. « La violence n’est pas la réponse, c’est une réponse. Mais à quel moment vous levez-vous pour que votre peuple ne soit pas victime d’une extinction comme les Indiens d’Amérique ? », demandait-il le 13 juillet, accusant le gouvernement de « haïr les Noirs ».

Sur YouTube, il encourageait ses auditeurs à « riposter ». Et dans une de ses dernières vidéos, cet ancien membre de l’organisation politico-religieuse Nation of Islam expliquait : « S’il m’arrive quelque chose, ne m’affiliez personne. Je suis affilié à l’esprit de justice. »