Tentative de putsch en Turquie: Les joueurs de l'Olympique lyonnais sont à Istanbul

TURQUIE L'OL devait affronter l'équipe de Fenerbahçe en match amical samedi soir...

M.C. avec AFP

— 

L'arrivée des joueurs de l'OL à Istanbul vendredi, postée sur le compte Twitter du club.
L'arrivée des joueurs de l'OL à Istanbul vendredi, postée sur le compte Twitter du club. — Twitter/@OL

Ils se retrouvent, bien malgré eux, au cœur des événements de la tentative de coup d’Etat en Turquie. Les joueurs de l’Olympique lyonnais sont arrivés vendredi à Istanbul, où ils devaient affronter samedi soir l’équipe locale de Fenerbahçe en match amical.

>> Suivre les événements en direct

« La situation est confuse mais il n’y a pas d’état de psychose dans notre hôtel », a confié vendredi soir à l’Agence France Presse, Pierre Bideau, chef de presse du club.

L’OL, avec notamment ses joueurs vedettes, Alexandre Lacazette, Nabil Fekir ou Mathieu Valbuena dont un transfert au club de Fenerbahçe est envisagé, a atterri à Istanbul vendredi en fin de matinée. « Nous sommes à 20 km des ponts du Bosphore. Nous sommes loin du centre névralgique des événements, plutôt dans une zone d’affaires. On ne sait pas grand-chose et les informations nous parviennent au compte-gouttes. La circulation en ville est très confuse. Un couvre-feu est instauré à partir de minuit », a précisé Pierre Bideau.

« Nous sommes dans l’inconnu mais il n’y a pas d’état de stress de notre part »

« C’est au retour, à la fin du repas, vers 22h, que nous avons appris pour les événements en cours. A l’hôtel, il n’y a pas d’état de psychose. Les aéroports sont fermés et nous sommes dans l’inconnu mais il n’y a pas d’état de stress de notre part », a poursuivi le chef de presse qui a expliqué que l’équipe était allée s’entraîner au centre technique du club de Fenerbahçe en fin d’après-midi.

Un autre membre de la délégation de l’OL évoque quant à lui « des gens incrédules devant les écrans TV à l’hôtel ». « Nous étions quatre à regarder les informations sans comprendre les commentaires en turc et d’un coup, nous nous sommes retrouvés peut-être quarante devant les images alors que des véhicules de l’armée passent en ville », décrit-il.

>> A lire aussi : En pleine tentative de coup d’Etat, le président s’exprime sur Facetime

« Le match est clairement remis en cause »

Pour l’heure, l’OL n’a pas d’information officielle sur le maintien ou l’annulation de la rencontre mais celle-ci paraît désormais très incertaine notamment pour la sécurisation du stade. « La guide qui nous accompagne assure que le match est clairement remis en cause car il sera impossible d’en assurer la sécurité », a ainsi expliqué le membre de la délégation de l’OL. Le président Jean-Michel Aulas n’est pas présent sur place.

>> A lire aussi : «Ce coup d'Etat va nous ramener 20 ans en arrière»

Dès son arrivée, la délégation lyonnaise a été prise en charge par une protection policière que l’OL avait demandée et qui est toujours présente à l’hôtel Mariott Asia, situé dans le quartier de Fenerbahçe, dans la partie asiatique de la ville. Il y a huit jours, Jean-Michel Aulas avait confirmé la tenue de cette rencontre malgré les attentats perpétrés à l’aéroport d’Istanbul, justifiant le maintien par le côté imprévisible des attentats, que ce soit pour le lieu ou la date. « Cela peut arriver n’importe où », avait-il justifié lors de la visite du nouveau centre d’entraînement de l’équipe au Parc OL.