Jean-Marc Ayrault à l'assemblée nationale
Jean-Marc Ayrault à l'assemblée nationale — J. Demarthon / AFP

DIPLOMATIE

Jean-Marc Ayrault ressuscite Saddam Hussein au lieu de citer Bachar al-Assad

Le ministre français des Affaires Etrangères a confondu les deux dictateurs…

Conseil à Boris Johnson, nouveau ministre britannique des Affaires Etrangères : Surtout ne pas imiter son homologue Français. Ce jeudi, aux abords de la célèbre avenue des Champs-Elysées, où se déroulait le traditionnel défilé du 14 juillet, Jean-Marc Ayrault a fait une sacrée boulette. Interviewé sur France 2, l’ex Premier ministre a détaillé le contenu de son entretien avec John Kerry, venu assister à la cérémonie. La séquence, isolée par le site du Lab d’Europe 1, est plutôt embarrassante.

Evoquant ainsi la ville d’Alep, « assiégée par les troupes de Saddam Hussein », l’ancien dictateur irakien exécuté par pendaison le 30 décembre 2006, Jean-Marc Ayrault ne s’est pas rendu compte de son lapsus, enchaînant le plus sereinement du monde avec le rôle joué par les Russes dans le conflit Syrien. Immédiatement, les réactions sur Twitter ont dénoncé tour à tour « l’ignorance » ou la « fatigue » du ministre.

Heureusement pour lui, cette année (et contrairement au 14 juillet 2008), l'actuel dirigeant syrien, responsable de l'enlisement d'un conflit qui a causé la mort de plus de 200.000 personnes, n'était pas présent dans la tribune présidentiel.