Bernie Sanders a apporté son soutien à Hillary Clinton le 12 juillet 2016.
Bernie Sanders a apporté son soutien à Hillary Clinton le 12 juillet 2016. — Andrew Harnik/AP/SIPA

ETATS-UNIS

Présidentielle américaine: Bernie Sanders soutient Hillary Clinton face à Donald Trump

Déchirée lors des primaires, la grande famille démocrate se réconcilie juste à temps pour la convention de Philadelphie...

Hillary Clinton peut respirer. Non seulement son adversaire des primaires, Bernie Sanders, lui a apporté son soutien, ce mardi, lors d’un meeting commun dans le New Hampshire, comme prévu. Mais il l’a fait avec la même passion et la même hargne qu’il a montrées lors de la campagne. Et un objectif commun : « Battre Donald Trump ».

« Je soutiens Hillary Clinton. Elle a gagné les primaires démocrates, je la félicite pour cela, et je ferai tout ce que je peux pour être sûr qu’elle soit le prochain président des Etats-Unis », a lancé Sanders. « Je la connais depuis 25 ans. Elle a mené le combat pour une couverture santé universelle quand elle était Première dame. C’est l’une des personnes les plus intelligentes que j’ai rencontrées », a continué le sénateur du Vermont. Surtout, il a appelé son armée de petits donateurs à aider financièrement Hillary Clinton.

Clinton, elle, a remercié Sanders et sa femme. « Nous sommes plus forts ensemble, et la suite de cette élection va être bien plus agréable maintenant que nous sommes unis », a commencé Clinton, ne cachant pas son soulagement après une campagne parfois très dure.

Virage à gauche

Sanders a obtenu des concessions sur le programme du parti et a réussi à le faire pencher à gauche. Clinton a notamment promis de relever le salaire minimum à 15 dollars de l’heure et de rendre l’université gratuite (pour les deux premières années dans les community colleges). Elle estime enfin qu’il faut un candidat « rassembleur » pour « apaiser les tensions » entre les forces de l’ordre et la communauté noire, et elle a promis de « tout faire » pour mettre fin au « racisme systémique » après les drames de Baton Rouge et de Minneapolis et de l’attaque contre des policiers à Dallas.

Pour Clinton, le soutien de Sanders arrive à point nommé. Même si elle échappe à des poursuites judiciaires, la candidate démocrate a eu une semaine difficile avec les remontrances du FBI qui a dénoncé sa « négligence extrême » dans l’affaire de ses emails. Du coup, l’écart avec Donald Trump se resserre : elle compte désormais moins de 5 % d’avance dans les sondages. Trump a d'ailleurs aussitôt réagi, publiant sur Twitter un montage vidéo de toutes les fois où Sanders a dit d'Hillary Clinton: «Je ne pense pas qu'elle ait les qualités nécessaires pour être présidente.»